violences sexuelles: un groupement des femmes dépose un mémo chez le premier ministre

0
Dans le but de protéger la couche féminine contre les violences basées sur le genre notamment le viol dans les espaces publics, le premier ministre a reçu en audience un groupement des femmes ce jeudi 13 janvier 2022 pour parler de cette pratique néfaste.
Cette rencontre consiste à faire un plaidoyer auprès du Chef du Gouvernement pour intensifier la lutte contre les viols et autres formes de violences contre les femmes. Pour limiter cette pratique devenue très récurente en Guinée, le chef du gouvernement compte faire l’une de ses priorités. Un mémorandum a été déjà remis au premier ministre dans lequel le Collectif de Femmes annonce entre autres: « l’adoption d’une politique de tolérance zéro contre les criminels coupables d’agressions sexuelles ; le renforcement des capacités des magistrats sur le traitement des affaires de violences sexuelles ; la création des services d’assistance psycho-sociale pour les victimes, en renforçant de manière tangible les structures d’accueil et de prise en charge (sanitaire, psychologique et juridique) des victimes et de leurs familles qui sont souvent livrées à elles-mêmes après avoir traversé une expérience aussi traumatisante ; la vulgarisation des statistiques liées aux violences sexuelles et physiques pour une meilleure appréhension du phénomène ; la subvention ou rendre gratuit les frais de prise en charge médico-judiciaire pour les victimes» a indiqué  la présidente de l’association des jeunes filles leaders Kadiatou Konaté.
Pour répondre à ces plaidoiries, le premier ministre a rassuré ces femmes a faire face à la montée de la criminalité sexuelle et physique, et intégrer le combat contre les violences faites aux femmes. « Le gouvernement a signé un engagement dans lequel il a été décidé de lutter de toutes nos forces contre les violences faites aux femmes. Ces statistiques sont la preuve que la moralité de notre pays se dégrade. Je pense qu’il faut essayer de combattre le mal à la racine en essayant de comprendre pourquoi nos frères, enfants se comportent de la sorte. J’aimerais dire aux sociologues de se pencher sur le sujet. Le problème est profond. La politique de tolérance zéro a été signée, les moyens ont été augmentés pour y faire face, il faudra sans doute accentuer le support psychologique et d’appui juridique. Vous ne trouverez aucune barrière de notre côté, nous sommes prêts à vous écouter et vous accompagner. Pour moi ce sont les femmes qui font le monde, qui le font avancer» a-t-il souligné.
Accompagner par la ministre de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables, Aicha Nénette Conté a promis que son département travaillera avec le collectif pour mener des actions. « Il faut être réaliste dans nos ambitions. Nous sommes dans une période exceptionnelle»

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée