Violences à Kankan: « Moi je n’ai vu aucune boutique cassées », dixit Mamby Camara, coordinateur régional du RPG Arc-en-ciel

0

Le siège de l’UFDG a été vandalisé. Après les faits, tous les regards se tournent vers le pouvoir en place. Accusé d’avoir orchestré dans l’ombre ces actes de vandalismes, le pouvoir en place à travers sa coordination régionale a réagit.
Ce lundi 06 janvier, a été une journée particulière à Kankan. Deux à trois poignées d’individus qu’on appelle les Cosmotiens munis d’armes blanches ont pris pour cible les différents lieux de commerces de citoyens suspectés d’être des militants ou des sympathisants et même le siège du principal parti de l’opposition.
Rencontré dans la matinée de ce mercredi 8 janvier 2020, le coordinateur régional du RPG-Arc-en-ciel, Mamby Camara n’a pas paru très clair en répliquant aux accusations qui pèsent contre sa formation politique dans cette affaire de vandalisme.
« Vous demandez si le RPG est derrière ces jeunes qui ont agis. Nous ne sommes derrière personne, mais nous sommes derrière la sauvegarde de notre cité et de notre région. Ceux qui disent qu’il y a eu des boutiques vandalisées, cela n’engage qu’eux. Moi je n’ai vu aucune boutique cassées et je vous le répète, nous sommes prêts à défendre notre cité et notre région». A-t-il déclaré.
En ce qui concerne le siège de l’UFDG qui a été aussi pris pour cible par les dévaliseurs, a en croire donc Mamby Camara, ce serrait pour s’opposer à l’érection de barricade posées sur la route nationale au secteur Mobil du quartier Missiran par des jeunes de l’UFDG que tout aurait commencé.
« S’ils n’avaient pas barré la route et s’ils n’avaient pas foutu le feu aux pneus, personne ne se serrait déplacer. Donc pour ce qui est du siège de l’UFDG, cela ne relève que des dégâts collatéraux. Parce que ceux qui ont barré la route et ceux qui y ont mis le feu, sont des jeunes de l’UFDG. Parce que c’est eux qui sont contre la paix chez nous ». A-t-il ajouté.
A noter que depuis le lancement de la lutte anti-troisième mandat, c’est le troisième siège des partis politiques de l’opposition qui est pris pour cible à Kankan. Question : pourquoidepuis le lancement de la lutte anti-troisième mandat, c’est le troisième siège des partis politiques de l’opposition qui est pris pour cible à Kankan. Question : pourquoi ces jeunes loubards qu’on tente de couvrir encore une fois, ont pour habitude de s’ériger en force de l’ordre pour réprimer les actions des autres citoyens ? Et pourquoi aucune n’en déprit de la flagrance des faits, aucune arrestation n’a été effectuée ?

 

Source: guineeconstat.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée