Villa Belle-Vue et l’aéroport ASK : «J’ignore qui vous a induit à prendre deux décisions d’une gravité énorme» s’interroge le cardinal Robert Sarah

0
Connu pour ses critiques acerbes contre les précédents régimes des feux présidents Sékou Touré et Lansana Conté, le Cardinal Robert Sarah s’en est pris à la décision du colonel Mamadi Doumbouya en restituant les cases de Belle-Vue à la famille du premier président de la Guinée indépendante le 10 décembre 2021 et la rebaptisation de l’aéroport International de Conakry.
Le religieux estime que les deux décisions du président de la transition sont d’une gravité  » énorme ». C’est pourquoi, le cardinal Robert Sarah à l’occasion de la célébration de la messe pour la paix, l’unité, la solidarité et la réconciliation en Guinée organisée par les chrétiens catholiques de Conakry à la cathédrale Sainte-Marie a montré son désaccord. « J’ignore qui vous a, en l’espace de trois mois de prise de pouvoir, induit à prendre deux décisions d’une gravité énorme qui ont ouvert des graves blessures dans les cœurs des Guinéens. La première décision maladroite consiste par le fait de rebaptiser l’aéroport de Conakry d’un nom qui fait polémique. La deuxième décision grave c’est d’avoir restitué à Madame Hadja Andrée Touré, non seulement un bien qui n’appartient ni à elle, ni à son mari, mais de lui avoir restitué un bien de Dieu et de l’Eglise » a-t-il dit au cour de son homélie.
Par ailleurs, le religieux fait une relation sur les villas de la Belle-Vue. Pour le cardinal, ce domaine appartenait auparavant à l’église cathédrale de Conakry. C’est raison pour laquelle, Robert Sarah lance un appel à l’ancienne première de la République.  « si Hadja Andrée Touré accepte cette restitution, elle se déshonore et déshonore son défunt mari. Sékou Touré n’a jamais pris un bien public pour se l’attribuer comme propriété personnelle. En cela, il suscite notre admiration. En effet, le 1er septembre 1961, Sékou a confisqué le domaine du séminaire de l’église qui était un bien de l’église pour construire les vlilas Syli destinées à accueillir les hôtes qui organisaient des évènements solennels tels que les exclusions de fin d’année, le 31 décembre » se rappelle-t-il.
A l’en croire, le grand mérite du président Sékou Touré c’est qu’il n’était pas dit-il gouvermend de s’en approprié les biens publics: «Sékou Touré n’a jamais pris un bien public pour se l’attribuer comme propriété personnelle. En cela, il suscite notre admiration. Si aujourd’hui, Madame Hadja Andrée Touré accepte avec gratitude et remercie qu’on lui restitue un bien qui ne lui appartient pas, elle se déshonore, elle déshonore son époux défunt. J’ai beaucoup de respect et de vénération pour Hadja André Touré. Mais les écritures historiques ne manquent pas…Je salue l’orientation donnée par le CNRD dans les exigences de réconciliation, de rassemblement, et du développement. Que ces exigences s’appliquent d’abord et surtout à la population, aux collaborations au sein des forces armées et de sécurité guinéenne » a-t-il lancé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée