UFDG: Compte Rendu de l’Assemblée Générale Hebdomadaire du 18 Mai 2019.

0

Comme à l’accoutumée, l’Assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG s’est tenue ce samedi 18 mai 2019 au siège de la Minière, celle-ci a été présidée par l’honorable Fode Oussou Fofana (vice-président de l’UFDG chargé des affaires sociales).

Prenant la parole, il considère que l’extrapolation de son discours est le fruit d’une panique, « ils sont paniqués parce qu’ils ont peur, quand vous avez été des comploteurs, quand vous avez passé toute votre vie à comploter, vous pensez que les autres sont comme vous ».

Comme pour recadrer ceux qui qualifient l’UFDG de violent suite à l’extrapolation d’un terme qu’il avait employé lors de la précédente AG, il lance, « nous sommes un parti légal, nous sommes un parti politique, nous nous basons et nous nous battons pour des valeurs, puisque les mots arabes les paniquent, tous les mots qui sont en arabe on va les dire en français, on va dire affrontement (employé par Alpha Condé au siège du RPG) et lutte (…), personne ne peut nous intimider, personne ne peut effrayer l’UFDG ».
Il rappelle la transversalité de l’UFDG qui a réussi a engranger des scores honorables sur toute l’étendue du territoire, il enchaîne en disant qu’à l’UFDG, il n y a point de questions ethniques, le principal soucis du parti, c’est la Guinée. Il a rappelé le respect et la considération dont jouit le président Cellou au niveau international.
Parlant de la crainte que Cellou Dalein suscite chez l’adversaire (RPG) à l’approche de la date fatidique (2020), il dit, « Cellou Dalein fait peur, si vous voyez lorsqu’il tient un discours, au lieu de prendre le contenu du discours, ils prennent ce qui les intéressent (…), ce qui va arriver arrivera parce que 2020 est très proche et nous croyons que Cellou Dalein Diallo deviendra président en 2020 ».

Il martèle en disant que l’UFDG est un parti de paix, pour preuve, il rappelle les événements douloureux de 2010 en Haute-Guinée lorsque des militants de l’UFDG avaient été ciblés pour leur appartenances ethniques et politiques. Le président Cellou avait demandé aux ressortissants de sa région naturelle de ne point faire des expéditions punitives contre les militants du RPG. À la suite d’une élection truquée, le président de l’UFDG a cédé pour la paix.
Rappelant les nombreuses exactions dont Cellou et ses militants ont été victimes, 103 militants tués, sa maison attaquée, la maison de sa belle-mère vandalisée, il a été également victime à deux reprises de tentative d’assassinat. Il assure que l’UFDG n’est aucunement animé par une quelconque vengeance, « nous nous battons pas pour arriver au pouvoir pour nous venger (…), nous nous battons pour que la Guinée soit unie et prospère ».
Évoquant l’inondation tragique de Dabondy, il pointe un doigt accusateur en direction du régime Condé qui ne fait rien pour débarrasser Conakry des ordures.
Jetant un regard critique dans le domaine de l’électricité, il dénonce, « nous sommes dans quel pays ? Quand un gouvernement utilise 3 milliards de dollars dans le domaine de l’électricité, nous continuons à dormir dans l’obscurité, il n y a pas un seul endroit à Conakry où il y a la lumière 24h/24 ». Il continue, « vous prenez l’eau potable, en plein centre-ville de Conakry, l’eau ne coule pas dans les robinets, je ne parle pas de la banlieue ».
Dans le domaine de l’assainissement, « chaque fois qu’ils parlent d’assainissement, Conakry devient de plus en plus sale ». Il dénonce l’incapacité du gouvernement à fournir 2000 kilomètres de routes promis aux guinéens, la non réalisation du chemin de fer Conakry-Kankan, les 5 aéroports (promis) n’ont point été construits. Moqueur, il estime que les promesses non réalisées d’Alpga Condé peuvent faire l’objet d’un thème de mémoire.
Parlant du troisième mandat, « la loi est très claire, qu’on nous sorte un seul article de la constitution qui autorise M. Alpha Condé à changer de constitution, ça n’existe pas. La seule chose qu’il peut faire c’est la révision, mais l’article 27 complété par l’article 154 ne permet à personne d’exercer plus de deux mandats ».
Concernant la déclaration du RPG arc-en-ciel demandant un troisième mandat pour Alpha Condé, il promet une réaction du FNDC, « cette déclaration n’engage que le RPG arc-en-ciel, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dont nous sommes membres, va apporter une réponse appropriée à cette provocation ».
Parlant de Damaro, il a dénoncé les dérives verbales et autoritaires de ce dernier qui n’a pas hésité à reléguer la mise en place conseils communaux et de districts au dernier plan. Il assure néanmoins que l’UFDG attend la réponse du PM Kassory Fofana qui a promis d’enjoindre au MATD d’installer les conseils de quartier et districts dans les plus brefs délais.
Concernant la disqualification de la Guinée par la CAF à cause d’une tricherie des autorités sportives du pays, il s’indigne en disant que la nation guinéenne a été humiliée. Il dénonce l’insécurité qui règne autour de la délivrance des passeports guinéens.
Dénonçant les nominations fantaisistes basées sur l’affinité, il garantit que l’UFDG, une fois au pouvoir rompra avec de telles pratiques qui nuisent au fonctionnement de l’État.

Maka N’denda

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée