UFDG : COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU SAMEDI 17 AOÛT 2019.

0

L’Assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG s’est tenue ce samedi 17 août au siège de la Minière sous la présidence du président Cellou Dalein Diallo.
Comme d’habitude, le parti a enregistré une nouvelle adhésion, le groupe dénommé Morlaye record musical (composé d’une vingtaine de jeunes), a embrassé les couleurs du parti.
De passage au siège, le secrétaire fédéral UFDG-Manhattan, Kandet Oumar Touré a fait un témoignage « lorsque j’ai adhéré à l’UFDG, certains se sont dit que je me suis cogné quelque part. Aujourd’hui on se rend compte que ce sont eux qui se sont trompés et qui continuent à se tromper ».
À sa prise de parole, Cellou Dalein Diallo a tout d’abord remercié et félicité les militants pour leur constance et leurs efforts, il n’a pas manqué de leur exprimer ses voeux pour la Tabaski.
Ensuite, il est revenu sur sa rencontre avec les maires UFDG de Labé, Pita, Dalaba et Mamou.
Il dit avoir recommandé à ceux-ci de faire preuve de rigueur dans la gestion, « j’ai commencé par les appeler à une gestion rigoureuse des communes, une gestion responsable et transparente et je leur ai dit que l’UFDG attend d’eux une gestion exemplaire et qu’il y va de leur rôle mais aussi de l’honneur de l’UFDG. Nous sommes à la conquête du pouvoir en Guinée, il faut qu’ils donnent l’exemple en mettant en oeuvre une gouvernance digne de l’UFDG : la transparence et l’honnêteté dans la gestion des biens publics ».
Des relations entre les maires et les citoyens, il dit avoir préconisé ceci : « dès lors qu’ils sont élus, ils sont maires de tous les citoyens de leurs localités respectives, pas seulement pour ceux qui ont voté pour eux mais de tous les citoyens vivant dans la cité, ils doivent se montrer neutres et impartiaux dans la gestion des communes ».
Concernant la notion de tutelle, il dit avoir rappelé, « j’ai commencé par rappeler qu’ils ne sont pas des fonctionnaires, ils sont élus par la population. Les préfets et les sous-préfets sont des partenaires avec lesquels ils doivent travailler pour le développement de leurs localités, pour la sécurité et la prospérité du citoyen, mais ils sont élus sur une liste de l’UFDG, une liste de l’opposition et qu’ils doivent contribuer au rayonnement du parti dont ils sont toujours responsables en dehors de la gestion de la commune ».
De la mise en garde contre la promotion du troisième mandat, il leur a dit, « si ils sont invités à une manifestation de promotion de la mouvance ou du troisième mandat, ils doivent décliner :  »monsieur le préfet avec tout le respect qu’on vous doit, nous sommes dans l’opposition et contre le troisième mandat » ».
Il déplore l’érection du RPG en parti-État qui assujetti l’administration, « Alpha a instauré le Parti-État, vous ne pouvez pas faire la différence entre le RPG et l’administration. Au regard de la loi, l’administration territoriale doit être neutre entre les partis, elle ne peut pas faire d’animation politique, mais c’est pas le cas. Donc si le préfet veut faire de l’animation politique, c’est illégal, il ne faut pas que nos élus participent à une telle activité. Au contraire ils doivent soutenir ceux qui combattent le troisième mandat ».
Concernant la réception, « je leur ai dit aussi qu’aucun citoyen n’a l’obligation ou le devoir de participer à une réception, ils ne sont pas obligés de mobiliser les citoyens pour participer à une réception ».
Il déplore la convocation et la demande d’explication formulées aux maires par les autorités de tutelles. Il dévoile la stratégie du pouvoir qui compte sur trois instruments pour faire passer son projet : l’intimidation, la répression et la corruption. Comme pour illustrer l’intimidation, il cite le cas du journaliste Aboubakr Bah de Lynx Fm à qui on reproche d’avoir donné la parole à Dame Doussou Condé.
Il dénonce la volonté d’Alpha Condé de se maintenir au pouvoir, mais il se console de la prise de conscience des guinéens qui expriment au quotidien leur aspiration à l’alternance et leur rêve d’une démocratie apaisée.
Il rappelle que le parti a épuisé les recours pour l’installation des chefs de quartier et de district. Il appelle donc les militants à se tenir prêts pour relever les nombreux défis qui les attendent et pour mener la lutte jusqu’à la victoire finale.

Récit de Maka N’denda

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée