Transition: Ce que l’inter-coalition des partis politique propose au CNRD

0

Réunie ce jeudi 16 décembre 2021, au siège de l’Union Démocratique de Guinée, l’inter coalition des partis politiques (ICP) dirigée par Mamadou Sylla, s’est prononcée à travers une déclaration, sur les actes posés par le Comité National du Rassemblement pour le Développement depuis le 5 septembre dernier. Cette coalition , dirigée par Mamadou Sylla a fait des propositions pour une sortie de crise en cette période de transition.

Bien que le CNRD a posé des actes  »salutaires », l’inter-coalition des partis politiques veut être beaucoup plus existante aux nouvelles autorités. Plus de trois mois à la tête du pays, la junte n’a toujours pas fixée le délai de la transition. Et cette inter-coalition veut savoir combien de temps faut-il pour sortir de cette situation. C’est pourquoi, elle exige au CNRD de fixée lui-même le délai de cette transition en impliquant la classe politique et le futur CNT. « Le CNRD n’a pas vocation ni la mission de lancer des programmes de développement. Il doit baliser le terrain pour les prochains dirigeants en matière de refondation de l’Etat, de la moralisation de la vie publique, de la protection de la fortune publique et de l’environnement très mal en point. l’ICP estime que c’est une bonne de discussion qui nous éviterait l’enlisement, les sanctions et l’inconnu » déclare le porte-parole du jour Fodé Mohamed soumah.
Concernant la fixation du délai de la transition, la Coalition des partis politiques (ICP) plaide à la junte militaire de fixé lui-même la date en associant les partis politiques. A l’en croire, il faut éviter un conflit d’intérêt en demandant aux membres du CNT de fixer les termes de leur contrat à durée déterminée. « Il a été recommandé que les élections soient programmées de la base au sommet, de coupler les communales avec les législatives et organiser la présidentielle dans la foulée selon les délais impartis. Egalemet de la mise en place une équipe pluridisciplinaire chargée d’amender la constitution de 2010 et la réactualiser pour la soumettre à référendum populaire. Effectuer le toilettage du fichier actuel par le passage des ayants droit devant les démembrements. Ensuite écraser les données non renseignées pour avoir un fichier propre. Enfin, ouvrir l’enrôlement à ceux qui ne figureraient sur les listes affichées et les citoyens en droit de voter en Guinée et à l’extérieur. Le recensement général de la population est sans doute nécessaire et utile, mais il doit être remis à plus tard dans le cas d’espèce. Le fichier actuel serait maitrisé jusqu’au niveau du district et du quartier. Il resterait à le faire au niveau des familles » a-t-il lu dans la déclaration.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée