TPI de Dixinn : Les leaders du FNDC retournent en prison en scandant »Amoulanfé »

0
Après le réquisitoire de Sidy Souleymane N’diaye, procureur du TPI de Dixinn, les avocats à la défense ont procédés à des longues heures de plaidoiries pour solliciter au prêt du président de Tribunal de Première Instance (TPI) de Dix la relaxation pure et simple de leurs clients.
Après plus de six (06) heures de débats, le président de ce TPI Aboubacar Mafering Camara a renvoyé le délibéré du procès des leaders du Front National pour la Défense de la Constitution pour le mardi, 21 octobre 2019.
Une décision qui n’est pas du goût des avocats.
Se prêtant aux questions des journalistes, Me Salifou Béavogui ne cache pas son amertume : << Une fois encore, c’est sont des innocents qui vont retourner encore en prison. Ils vont rester des jours et des jours alors que le juge aurait pu prendre sa décision sur siège comme l’a été à Boké où le juge a libéré tout le monde, à Mafanco, d’autres ont été libérés, à Coyah, le juge a libéré tout le monde, à Kankan, ils sont déclarés non coupables… Une fois encore nous restons confiants, nous restons sereins, le collectif des avocats va continuer à défendre les innocents qui ont commis le crime de défendre la constitution>>, a déclaré le porte-parole du collectif des avocats à la défense.
Abdourahmane Sanoh Sanoh et les sept (07) membres du FNDC sont répartis à la maison centrale de Coronthie en scandant le solan « Amoulanfé » (ça n’aura pas lieu) sous le regard impuissant des membres de leurs familles et de quelques militants et sympathisants du FNDC venu pour la circonstance.
Amadou Oury Barry pour googa224.info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée