Sécurité routière : Un policier présumé raquetteur présenté à la presse.

0
Le ministère de la sécurité et de la protection civile a présenté ce jeudi, 05 septembre 2019 un policier qui aurait raquetter un usager de la route. L’acte a eu lieu mercredi dernier au niveau du rond point de Lambadji, dans la commune de Ratoma.
Face aux journalistes, le commissaire divisionnaire Zakaria Camara, directeur central de la sécurité routière explique les circonstances dans lesquelles le policier a été interpellé.

<<Hier mon adjoint et moi quand nous étions en train d’effectuer une ronde au niveau des différentes intersections de la ville de Conakry, nous avons été appelé par le chef du département qu’un agent qui se trouvait au niveau de Lambadji aurait arrêté un usager de la route et qu’il est en train de raquetter. Immédiatement j’ai dit à monsieur le ministre que je suis vers 36 et que je vais me rendre sur le lieu et prendre l’agent et le déposer au niveau de la direction centrale, c’est ce qui fût fait. L’agent a été conduit là et immédiatement sans tarder je le conduit à la CMIS pour être écroué. Selon les informations qui m’ont été rapportées, l’agent était en train de raquetter un usager de la route.>> Précise-t-il.

Plus loin, le directeur central de la sécurité routière annonce des mesures prises par son service pour sanctionner l’agent incriminé.

<< Nous au niveau de notre département, la première sanction que j’ai eu à prendre, c’est de l’envoyer au niveau de la CMIS pour être écroué et à partir d’aujourd’hui, il sera mis à la disposition de l’inspection générale. Si l’inspection générale finit son travail, certainement il va passer devant le conseil de discipline.>> Ajoute le commissaire Zakaria Camara.
Le présumé auteur en service à la sécurité routière de Sonfonia réfute en bloc les accusations portées contre lui.
<<Hier j’ai interpellé un chauffeur qui n’a pas mis la ceinture de sécurité. Je le demandé les documents, il a prit les documents et m’a donné. J’ai regardé les documents et j’ai trouvé que le permis n’est pas signé. J’ai dit monsieur Doumbouya, votre permis n’est pas signé, il a dit ah! N’fa (mon fils) j’ai oublié pardonnez moi. Je le dit prochainement quand tu vas possédez un permis, il faut signer. J’ai pris les documents, je le donné et je me suis retiré. Celui qui es à côté du chauffeur a dit il faut le filmer, le bonhomme là je le connais, c’est un Kouranko, une fois, deux fois il m’arrête, je le connais il est de Faranah. Je lui ait dit que moi je ne suis pas Kouranko, je suis un Kissien de Kissidougou. Mon père est Kissien et ma mère est Kissien. C’est comme ça il a téléphoné au ministre et l’autorité est venue me prendre pour me déposer ici. Je n’est rien pris avec lui. Je ne regrette pas de l’avoir pris.>>, se défend l’adjudant Yomba Ifono.
 A noter qu’à chaque réunion ou à chaque rassemblement, le ministre de la sécurité et de la protection civile et le directeur général de la police nationale demandent à leurs agents de s’abstenir de raquetter les gens sur la route.
Au regard de ce qui se passe sur le terrain, ces instructions ne sont pas suivis par des agents indélicats qui raquettent au quotidien les usagers de la route tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays.
Amadou Oury Barry pour googa224.info
00224 620453597
oury135@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée