Récupération du domaine où abrite la ferme d’Elhadj alseny Baldé Que reproche-t-on cet opérateur économique ?

0

Depuis le changement de la Constitution en mars dernier qui a permis à Alpha Condé de briguer un troisième mandat, plusieurs opérateurs économiques guinéens passent des moments difficiles. Après avoir résilié les baux d’Elhadj Ousmane Fatako Baldé alias « Sans loi » à Kindia, le pouvoir en place s’est tourné vers Elhadj Alsény Barry avec sa ferme située à Dioumayah, dans la préfecture de Dubréka. C’est hier lundi que l’État a saisie son entreprise.

Sous ordre du préfet de Dubréka, les forces de l’ordre ont saisi la ferme avicole de l’homme d’affaire, demandant à l’occupant de libérer rapidement les lieux. Face à cette situation, Boubacar Diallo, le gérant de cette ferme se dit préocupé. « Hier, on a reçu un contingent composé de la gendarmerie, de la police et de l’armée. Ils étaient accompagnés du directeur préfectoral de l’agriculture, de la directrice de l’habitat et du secrétaire général chargé de l’administration de la préfecture. On nous a envoyé un ordre de mission pour fermeture immédia. Nous avons demandé le motif parce que l’ordre de mission est signé par le préfet. Ils ont dit qu’ils ont reçu les instructions de la hiérarchie pour la fermeture des lieux. Nous avons dit qu’il fallait au moins nous donner des préavis, parce qu’il y a des procédures par lesquelles il faut passer. On devait être avertis normalement. Ils nous ont dit qu’ils n’ont rien à voir avec cela et qu’ils sont des simples exécutants. Qu’ils ont reçu des instructions qu’ils exécutent et ils nous prient de vider les lieux le plus vite que possible », a-t-il expliqué.

Il faut d’ailleurs rappeler que cette ferme contient 50 000 têtes de poules. Elle génère 45 emplois directs et 16 emplois indirects. Tout cela est aujourd’hui menacé par la décision brusque de l’Etat de récupérer ce domaine. A en croire notre interlocuteur, les agents déployés sur les lieux ont déjà limité l’accès à l’intérieur de la ferme à travers un Patrouille mixte. « Pour le moment, ils ont installés un PA et n’autorisent que 5 à 10 personnes à accéder à la cour pour permettre au moins de nourrir les poulets. Mais ça aussi, ils disent que c’est juste pour la journée d’aujourd’hui en attendant que nos différents patrons puissent trouver la solution. Même si cette ferme est installée sur un domaine de l’Etat, cela s’est fait sur la base d’un bail en bonne et due forme. C’est vrai que c’est un domaine de l’État mais nous n’avons aucun précédent avec l’Etat. Parce que sinon, notre patron (Elhadj Alsény Barry, ndlr) nous aurait avisés pour dire qu’il y a ceci ou cela avec l’Etat. Nous avons un contrat de bail bien établi dans les règles de l’art qui nous donne le domaine pour exploitation », rappelle-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée