Récupération des domaines de l’État: «le signal est bon» Dr Souaré

0
Plusieurs hauts fonctionnaires guinéens sont visés d’être expulsés de leurs domiciles appartenant à l’État, même si ces derniers déclarent disposer des documents légaux constituant les contrats de baux qui leur ont permis d’occuper les lieux. Ce n’est que le début d’un vaste programme de récupération du patrimoine étatique alertent d’ailleurs les nouvelles autorités.
Après avoir renversé le 05 septembre dernier le Pr Alpha Condé au pouvoir, les nouvelles autorités ont décidé de geler les comptes bancaires des anciens dignitaires du régime. Dr Ahmed Tidiane Souaré explique que ce sont de mesures conservatoires avant de saluer cette décision. « Je suis locataire de l’État. Chaque nouvelle situation s’appelle des mesures. Le gel des avoirs, je mets ça au titre des mesures conservatoires. Il n’est-il pas dit qu’on gel, on ramasse tout, les yeux fermés, on verse au trésor public ou au patrimoine public, non ! On gel le temps de décanté, avoir des mesures appropriées examinées qui est-ce qui appartient à qui et dans quelle condition. Je pense que ce sont des mesures difficiles et salutaires » a-t-il déclaré ce mardi 09 novembre 2021 chez confrères de la radio Espace.
Par ailleurs, l’ancien locataire du palais de la Colomb se félicite l’engagement du CNRD dans le cadre de récupération des domaines de l’État. Dr Souaré souhaite que cela se passe dans la règle de l’art. « La récupération du patrimoine est une œuvre à long haleine. Le signal est bon. Mais le CNRD notamment Mamadi Doumbouya a dit la justice est leur boussole. Je souhaite toutes les actions se passent dans ce cadre. Ce n’est pas utopique. On doit faire évoluer notre société vers une situation de justice et d’équité. Il le fait plaisir à aucun d’entre nous de voir un citoyen jeter dévore n’importe comment. Il faut voir les dispositions du point de vue de la loi. C’est ce qui rassure. Ce que le CNRD pose aujourd’hui ce n’est pas pour la transition. Nous sommes dans une situation de refondation de la nation. Il faut corriger toutes les erreurs du passé. Ce n’est pas facile. Mais il faut un esprit d’ouvrir, d’accompagnement pour que les gens comprennent et acceptent. Des intérêts personnels peuvent être bousculé. On doit le comprendre. Mais pourvue que ce soit au bénéfice de l’intérêt public» a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée