« Quand vous blaguez avec la constitution, vous déchiquetez chaque texte d’un individu» réagi Mohamed Camara

0
Le renversement du pouvoir d’Alpha Condé par les forces spéciales le 5 septembre 2021 n’a pas surpris le juriste Mohamed Camara. Pour lui, c’etait prévisible qu’un coup d’État se face de cette façon. 
 
Invité de l’émission  » mirador » de FIM FM ce mardi 05 octobre 2021, l’ex-chef de cabinet du ministère des Affaires étrangères pense que c’est juste un changement de régime qui a été faite entre Alpha Condé et Colonel Mamady Doumabouya. « Je préfère cela par rapport aux réspects dû à son rang. Mais c’était prévisible. Quand vous blaguez avec la constitution, les textes de lois vous vous déchiqueter chaque texte d’un individu. Voyez-vous comment sa chuté en deux heures de temps ? Il y a même un ministre (Bantama Sow) qui se faisait passer plus que le fils du pr Alpha Condé qui est allé me menacer dans mon département. Je l’avais dit que le pouvoir c’est comme la pluie. Quand il pleut, un jour il va cesser de pleuvoir. Finalement la personne était surprise la manière dont le pouvoir a chuté. Le Pr Alpha Condé a fait huit mois forcé au compte du troisième mandat » explique le juriste qui fait également huit mois dans ce département des affaires étrangères.
 
Cet éminent professeur de droit, estime que le leader du RPG arc-en-ciel n’avait pas le droit de toucher cette constitution pour s’engager pour un autre mandat.
« Quand vous dîtes aux gens, ne blaguer avec la constitution, les intengibilités c’est comme les clés. Donc, moi je n’étais pas surpris. En revenche, j’étais surpris quand même de retournement de vestes à 180°. Parce qu’au ministère des affaires étrangères, on m’ecartait pour dire que  » lui c’est un opposant interne ». On fait une note verbale article 51 c’était faux. Tout ça, c’est des intrigues » a-t-il regretté.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée