Prochaine rencontre des chefs d’États pour statuer le sort de la Guinée: Voici ce que recommande Saikou Yaya Barry aux dirigeants

0
Dans un entretien accordé à la rédaction, le secrétaire exécutif de l’Union des Forces Républicaines (UFR) et ancien député est revenu sur la venue des émissaires de la CEDEAO le weekend dernier à Conakry pour s’enquérir de l’évolution de la transition. Saikou Yaya Barry a également donné sa position par rapport à la rencontre du 12 décembre prochain des chefs d’États de la sous-région pour statuer le sort de la Guinée. 
 
Lisez….. 
 Googha224.com des émissaires de la communauté internationale étaient le dimanche 05 décembre à Conakry pour s’enquérir de l’évolution de la transition. De quel œil observez-vous tous cela?
Saikou Yaya Barry: Nous sommes un pays qui passe d’une étape sur sa vie. La transition, c’est le passage d’une étape à une autre. Aujourd’hui nous sommes dans un situation où le pays a besoin d’être aidé. Et nous devons avoir la possibilité d’accepter l’aide que propose nos partenaires au développement pour développer notre pays. La transition les intéresse pour la simple et bonne raison, ça permet au retour à l’ordre constitutionnel qui permettra à ces pays amis d’aider notre pays à se développer.
Googha224.com: Le point d’achauffevement aujourd’hui entre la communauté internationale et le CNRD c’est le délai de la transition. Quelle est votre analyse sur la question ?
Saikou Yaya Barry : oui effectivement parce que ça paraît ambiguie. Et le fait de ne pas donner une date en rejetant cette balle au niveau au CNT que nous savons qu’il y a un conflit d’intérêt au niveau du CNT qui permettrait aux gens de vouloir rester. Parce que les gagnants des avantages leur permettant aussi de rester. Ça, c’est individuel selon moi. A ce niveau-là, le CNRD a toute responsabilité qui estime qu’aujourd’hui nous devons sortir de la transition qui doit faire une proposition. Et si cela n’est pas possible, c’est de rencontrer les forces vives de la nation, c’est-à-dire les partis politiques, la société civile pour qu’ensemble on table de ce qui est bon pour nous. Dans un chronogramme bien établi et on proposerai peut-être même à la communauté internationale.
Googha224.com: Mais le CNRD rétorque que les forces vives du pays seront représentés au Conseil National de la Transition?
Saikou Yaya Barry : C’est ce qui est dit. Mais les forces vives de la nation individuellement pris quand on le dit. Mais avec le quota que nous connaissons. Donc, je vais dire que si nous voulons bien faire les choses, il faudrait un autre cadre de dialogue qui va nous amener à trouver la solution ou une sortie heureuse de notre Guinée. Je dois rappeler que le président de la Transition qui est de bonne foi de penser que le CNT qui peut faire notre travail. Mais nous savons dans la réalité de la vie politique comme c’est une transition hautement politique il serait nécessaire que cela se décide à un niveau plus généreux.
Googha224.com: le 12 décembre prochain, les chefs d’États de la CEDEAO vont se retrouver à nouveau à Accra au Ghana pour statuer le sort de la Guinée. Est-ce que vous pensez que cette fois-ci la CEDEAO va une fois tapper sur la table ?
Saikou Yaya Barry : Je crois que pour éviter tout cela, il y a ce balais diplomatique en République de Guinée pour aider à mieux comprendre avant de prendre une décision qui ne soit pas une décision hâtive sur la Guinée. Et les actes vont aller dans le sans de la transition et des actes doivent être posés au niveau du CNRD permettant d’assouplir des sanctions que proposeraient certainement la CEDEAO. Si vous savez la subjudialité qui existe entre la CEDEAO, l’Union Africaine, et les États-Unis il est important de savoir que notre partenaire est légal et qui nous aide de plus, c’est encore la CEDEAO. Donc il faudrait faire attention dans ce sens. Posez des actes. Il y a eu des faut pas, mais c’est humain. Au niveau du discours du ministre des affaires étrangères, mais on peut toujours rectifier cela même au niveau de la correspondance adressée à la CEDEAO.  » c’était un peu précipité » ça devait être mieux cadré avant que le président ne soit mis devant cette situation. Donc, je veux dire que nous devons ensemble travailler pour sortir tous de cette situation. Mais il faut fermer les yeux et les oreilles, de ne pas écouter les autres partenaires locaux.
Googha224.com: Donc voulez-vous conseiller le CNRD de ne pas se mettre à dos la communauté internationale ?
Saikou Yaya Barry : Pas du tout ! Ça ne sert à rien du tout. Cela peut population qui va en souffrir. Et c’est les Guinéens qui subiront les conséquences de tout cela. Étant un président je crois averti qui a pris les devants qui a été prouventif en nous sortants de cette situation. Je crois qu’à l’issue de cela réfléchissant il va trouver le bon chemin nous permettant de sortir rapidement de cette transition. Ça ne sert à rien d’avoir la cause d’internationale contre soi. C’est de faire en sorte qu’on harmonise nos vies et qu’on avance. Sinon ça ne sera pas très bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée