Procès Habib Marouane Camara contre Aboubacar Makhissa Camara, le tribunal décide d’appliquer le code civil

0

Le procès qui oppose le journaliste Habib Marouane Camara contre le directeur national des impôts Aboubacar Makhissa Camara s’est poursuivi ce mercredi 17 juillet au tribunal de première instance de Kaloum. La cour a décidé d’appliquer le code pénal.

 

L’audience de ce mercredi a essentiellement porté sur la compétence du TPI de Kaloum de juger cette affaire. Les avocats de la défense ont estimé que le tribunal de Conakry I ne doit pas statuer sur cette affaire vu que le mis en cause est domicilié dans la commune de Ratoma qui relève du TPI de Dixinn. La demande a aussitôt été rejetée par Mariama Doumbouya, la présidente du TPI de Kaloum, elle s’est déclaré compétente à bien juger le dossier. Ce qui a réjouit d’ailleurs Me Lamine Sidimé l’avocat de Makhissa Camara :<< ils ont dit que sur le plan de la compétence territoriale on aurait dû aller à Dixinn mais que je sache Facebook n’est pas installé à Dixinn, Facebook c’est le monde entier. Donc partout il est commis la loi dit on peut poursuivre devant le tribunal du lieu de commission de l’infraction>>.

En réplique l’avocat du journaliste Habib Marouane Camara a qualifié de surprise la décision de la cour :<< nous avons soulevé l’incompétence territoriale du tribunal, le tribunal devait avoir le courage de déclarer cette incompétence et renvoyer la défense et la partie civile à mieux se pourvoir mais le tribunal n’a pas accédé à cette autre demande, ce qui est vraiment surprenant>>.

Les avocats de la défense ont également estimé que c’est la loi sur la liberté de la presse qui doit s’appliquer dans ce dossier judiciaire. Une demande encore rejetée par le tribunal. Pendant la première suspension, les avocats de la défense ont été menacés par des jeunes agités.

L’audience est renvoyée à mercredi prochain pour l’ouverture des débats au fond du dossier. Notre confrère Habib Marouane Camara de Nostalgie Guinée est poursuivie par le directeur national des impôts pour diffamation sur le réseau social Facebook.

 

Mamadou Tanou Bah

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée