Procès du 28 Septembre : Ce qui a attendu dix (10) ans peut attendre quelques mois (Ministre de la Justice)

0
A un point de presse ce jeudi 26 Septembre , le ministre Mamadou Lamine Fofana a en prélude à la célébration du dixième anniversaire du massacre du 28 Septembre qui a enregistré plus de 15O morts au stade du même nom a donné des informations sur les contraintes liées à la tenue de ce procès. Le ministre intérimaire a évoqué deux difficultés qui sont d’ordres : matérielles et humaines qui d’après lui sont les causes du retard du procès tant entendu par plus de 400 victimes. 
« On s’est heurté à deux problèmes d’abord il fallait un local pour abriter le procès ; vous conviendrez avec moi que les salles d’audience tant de la  cour d’appel que des trois tribunaux  de Conakry ne peuvent pas abriter un tel procès. Le choix était porter sur l’ancien cinéma ‘’Liberté’’ qu’on devait rénover et qui se trouve être la propriété d’autrui. Il fallait bailler, rénover pour y tenir le procès. Eu égard le coup de la rénovation et les conséquences,  parce qu’on devait retourner à son propriétaire (La salle du cinéma Liberté ndlr)  on a été obligé de changer d’option pour retenir la réalisation du bâtiment au sein de l’enceinte de la cour d’appel de Conakry pour abriter ce procès » Expliquant la première difficulté qui tarde la tenue du procès. Concernant la seconde.
«  Il fallait choisir des hommes charger d’animer ces procédures, je parle du personnel judiciaire a savoir les magistrats, les greffiers, les huissiers, la sécurité, la communication. Tout ceux-ci devaient faire l’Objet de préparation psychotechnique. Nos magistrats sont suffisamment formés, mais de tel procès, que j’appel procès national d’incidence internationale doit être préparer surtout au plan psychotechnique. Sur ce, nous avons eu l’accord de nos partenaires je veux parler de la France, des Nations Unies, pour venir nous accompagnés dans cette préparation de l’ensemble du personnel judiciaire. Ces préparations se feront a l’étranger et en Guinée(…) Des lors ou tout sera mis en place, je vous garanti que le gouvernement ne fera aucun obstacle pour la tenue de se procès » A rassurer Mamadou Lamine Fofana et d’ajouter.
«  Rien ne s’oppose à la tenue du procès ou le délai, ne me demander par surtout de la date, des lors il ya des contraignantes matérielles et humaines il faut remplir ces conditions d’abord puis on parlera de la date. Ça attendu dix (10) ans c’est ce que j’ai dit aux ambassadeurs, oui il faut aller vite. Mais ce qui a attendu dix (10) ans peut attendre quelques mois » Souligne le ministre intérimaire de la justice garde de sceaux.
Concernant les personnes inculpées dans le dossier et qui continuent de bénéficiées de la grâce du régime,  seul Aboubacar Sidiki Diakité ‘’ Toumba ‘’ qui croupi dans la geôle de la maison centrale de Conakry. Pour le garde de sceaux, le cas de Toumba est spécial car il bénéficie d’un traitement exceptionnel. Il est dans de meilleures conditions de détention contrairement à ce que disent ses avocats.
« Ceux qui sont détenus dans le cadre de ce procès je vous dit qu’ils bénéficient d’un régime spécial. Dans toutes les prisons du monde. Les avocats, c’est leur travail d’alerter sur la santé et les conditions de détention de leurs client(…) Ils sont tenus en examen chaque semaine par des médecins spéciaux. Celui  qui se plaint de la tête, il ya un médecin qui se présente tout de suite nuit et jour ». A fait savoir Mamadou  Lamine Fofana.
Moussa Moïse Keita.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée