Presse guinéenne : le syndicat invite journalistes et gouvernants à plus de sérieux

0

Le syndicat professionnel de la presse privée de Guinée a animé il y a quelques jours une conférence de presse à Conakry. Objectif, inviter les hommes de médias, les membres de l’administration et les agents de sécurité à plus de responsabilité et de professionnalisme dans leurs activités. C’est la salle de conférence de la CNTG confédération nationale des travailleurs de Guinée sise à Kaloum qui a servi de cadre à la rencontre.

Cette sortie médiatique du SPPG fait suite aux multiples interpellations de journalistes ce dernier temps par la direction de la police judiciaire. Il a été reproché à plusieurs de ces journalistes d’avoir utilisé les réseaux sociaux comme moins de communication en lieu et place des organes de presse.  Une attitude que déplore Sidy Diallo le secrétaire du syndicat professionnel de la presse privée de Guinée. « Il était question pour nous de faire cette mise au point pour inviter surtout nos confrères à favoriser les médias pour bénéficier de la protection de cette loi L002 qui dépénalise les délits de presse. Si les confères continuent de publier à travers Facebook ça rentre directement dans le cas de la cyber sécurité et on ne souhaite pas si vous êtes fautifs l’intéressé va faire la prison » a fait savoir le syndicaliste.

 Par ailleurs, le conférencier a invité les personnalités publiques, qui, souvent se plaignent à la DPJ, à respecter et à  faciliter la collaboration avec la presse qui a pour seule mission d’informer et de sensibiliser les populations. « Il ne faudrait pas que ces directeurs généraux ou autres pensent qu’en jetant un coup d’œil sur leur gestion publique que la presse est en train de déranger.  Non ! La  presse fait son travail. Déjà à travers nos investigations le procureur de la république peut boucler un dossier.»

Sidy a salué le professionnalisme des agents de la DPJ même s’il déplore certains manquements.   « Nous saluons cette collaboration  avec la direction de la police judiciaire même si parmi les trois cas il y a un que nous déplorons c’est le cas Habib Marouane qui a été arrêté sans convocation. Nous espérons que prochainement, la DPJ va prioriser soit les associations de presse, soit la HAC haute autorité de la communication même si malheureusement on connait cette HAC telle qu’elle est aujourd’hui » a martelé Sidy Diallo.

Pour conclure, le secrétaire du SPPG Sidy Diallo a déploré le comportement de certains journalistes et a annoncé des projets futurs dont un qui portera sur la formation des hommes de médias sans oublier la finalisation de la convention collective.

Oury Tessin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée