Présidentielle en Guinée: la CEDEAO, I’UA, et l’ONU déploierons des observateurs

0

La délégation de la mission conjointe  de la CEDEAO, de   l’Union Africaine et des   Nations-Unies séjourne à  Conakry depuis deux jours pour discuter avec les acteurs du processus électoral en vu d’une élection présidentielle crédible, transparente et pacifique en République de Guinée.

L’objectif de la mission conjointe était de rencontrer les parties prenantes aux processus électoral afin d’encourager et d’approfondir le dialogue entre les différents acteurs et les partis prenantes à ces élections afin  de garantir une élection crédible, transparente, inclusive et surtout sans violences.

«Cette délégation a tenu des consultations avec plusieurs acteurs et parties prenantes politiques en Guinée, le ministre des affaires étrangères et des guinéens de  l’étranger, le ministre de la sécurité et de la Protection Civile, le Groupe des ambassadeurs des pays membres de la CEDEAO accrédités en Guinée, les membres du groupe des G5, les ambassadeurs d’autres pays, les partis politiques membres de la coalition au pouvoir, l’opposition Républicaine, la coalition de candidats de l’opposition, les organisations de la société civile sous l’égide du front national pour la défense de la constitution (FNDC), les chef religieux, et les associations des femmes et des jeunes. La mission conjointe a également tenu des consultations avec la commission électorale nationale indépendante (Ceni), la haute autorité de la communication et la cour constitutionnelle sur l’état de préparation de l’élection présidentielle du 18 octobre » déclare Général Francis Vehanzin, chef de la mission.

A en croire le chargé des affaires politiques, paix et sécurité de la CEDEAO, cette délégation s’est félicitée de l’audit du fichier électoral « jugé suffisant par sa qualité.  Ce qui devra permettre des élections fiables. Elle a exprimé sa vive préoccupation par le manque de confiance entre les acteurs». A cette occasion, la mission conjointe a également condamné « fermement » les violences et les discours haineux à relant ethnique en particulier susceptible d’encourager des violences.  « La mission conjointe a exprimé ses condoléances aux familles des victimes de ces violences. Elle demande aux autorités de rechercher les responsables et d’engager des poursuites contre des auteurs de ces actes. La mission a par ailleurs encourager les autorités à sécuriser le processus électoral tout comme la protection de l’intégrité physique des candidats et de leur militants avant, pendant et après le scrutin et puis largement au respect de droit de l’homme. La mission conjointe appelle à la nécessité entre les candidats et acteurs politiques ainsi que de code de bonne conduite avant l’élection et de s’abstenir d’annoncer les résultats avant les organes chargés de le faire selon la loi » a-t-il suggèrè.

Pour finir, le chargé des affaires politiques paix et sécurité de la CEDEAO a appelé les forces de sécurité à agir avec  « professionnalisme » pour la sécurisation de l’élection et d’éviter l’excès excessif de force ainsi que les candidats et tous les acteurs politiques y compris la CENI à respecter strictement les protocoles sanitaires liés à la COVID_19 tout au long du processus électoral. Et elle encourage la CENI à poursuivre les rencontres avec les différentes parties pour des solutions sur des points notamment l’affichage du fichier électoral et les prochès verbaux issus du scrutin.

Il faut noter que cette mission conjointe fera un déploiement d’un nombre suffisant des observateurs de la CEDEAO et de l’Union Africaine dans les prochains jours à Conakry afin de «contribuer à une élection crédible et transparente».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée