Président de la cour suprême : « nous espérons que nous ne revirrons plus, les effets de la fragilisation de la démocratie»

0
Le lieutenant-colonel Mamdy Doumabouya a prêté serment ce vendredi 01 octobre 2021. Après avoir renversé l’Ancien Régime Alpha Condé, le président du CNRD a été investi président de la République, chef de l’État. A cette occasion, plusieurs opposants à l’Ancien Régime et des diplomates ont pris part à cette cérémonie d’investiture. 

 

« La modification contestée de la constitution de mai 2010, a permis malgré une opposition farouche généralisée d’élection présidentielle controversée de 2020 pour un troisième mandat indésirée dont la conséquence a été la douloureuse crise poste électorale qui a occasionné le déchirement atroce du tissu social guinéen. Cette élection présidentielle de 2020 est déroulée dans un climat politique et social délétère, nous imposant les spectacles partisans et violents des actes intolérables, constitue des graves violations ayant entraîné des nombreuses pertes en vues humaines et de considérables destruction de biens publics et privés, d’irrégularités qui a marqué le scrutin » a-t-il rappelé le président de la cour.
Plus loin, le gardien de la plus haute institution du pays invite le président de la transition à la sérénité et aux respects des principes de l’État de droit. «Monsieur le président de la transition, vous savez que déjà, ce sera un pilotage difficile, quand le navire est chargé de beaucoup d’événements douleurux, d’exigences nombreuses et d’atteinte immense et urgente. Ce navire en devient capricieux et une mer houleuse, puissiez-vous le mener à bon port. Tout porte à croire et a demeurer et a espèrer que vous êtes et demeuré un bon navigateur, pionnier imperturbable. Nous espérons que nous ne reviverons plus les effet de la fragilisation de la démocratie et l’excès du pouvoir du règne de l’impunité. Nous rêvons de voir de population de Guinée vivre du partage équitable du produit de l’ensemble de leur ressource naturelle, grâce à l’instauration d’un système de gestion de l’économie et privilégié la transparence et la promotion de compétences suivant les critères d’objectivité et de neutralité de la fonction publique. Nous caressons l’espoir et les agents de l’administration ne seront plus des activistes politiques et se tiendront désormais hors du jeu des partis politiques. Les Guinéens aspirent à l’édification d’un Etat. Donc, aucune institution, aucun organe ne sera instrumentalisés» a-t-il conclu Mamadou Sylla

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée