Pendaisons de 1971 : Voici l’appel de hadja Halimatou Dalein

0

Ce mardi 25 janvier 2022 marque l’an 51 de la pendaison de 1971 au Camp Boiro sous le règime du feu Ahmed sékou Touré. A l’occasion de cette commémoration, l’association des victimes du camp Boiro (AVCB) a organisé une cérémonie de lecture du Saint Coran chez Feu Diallo Telly. Après avoir été interdit de marcher, les victimes parents, fils, filles, épouses, époux et proches ont pour prier pour le repos de leurs âmes.

Présente à cette cérémonie, Hadja Halimatou Dalein Diallo, fille de Dr Alpha Oumar Diallo, a plaidé auprès des nouvelles autorités pour la réhabilitation des victimes. « Mon papa docteur Alpha Oumar Diallo a fait le camp Boiro pendant 4 ans. Il était sorti vivant mais quelque temps après, les séquelles l’ont emporté parce qu’il avait été torturé. Nous sommes très triste. Ce n’est pas nous les victimes qui devons demander pardon. Ceux qui doivent le faire, je pense que c’est le moment. Nous entendons parler de réconciliation et de paix, ceux qui le disent, ce sont eux qui doivent demander pardon. Nous attendons toujours la réhabilitation de nos parents et qu’ils soient reconnus parce qu’ils ont été des cadres dans ce pays. Nous ne nous arrêterons pas et après nous, nos enfants vont continuer. Le camp Boiro et le pont 8 novembre, représentent des lieux de tristes pour nous. Nous allons toujours nous recueillir parce que nous savons qu’il y a des fosses communes au camp Boiro et des pendaisons au pont 8 novembre. Nous sommes des croyants si le gouvernement entame des pardons, nous allons pardonner. Nous n’attendons que ça. En Guinée, nous voulons une réconciliation, rassembler ce pays. Nous ne le faisons pas pour une personne ou un parti mais pour que la Guinée soit comme nos pays voisins. C’est ça l’objectif et ce n’est pas des intérêts cachés ou personnel. Nous voulons que tous le guinéens soient réunis au tour d’un même idéal », a plaidé hadja Halimatou Dalein

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée