Marche du FNDC : Risque d’affrontement entre manifestants et forces de l’ordre au pont de Kondebougni

0

Malgré la modification du trajectoire de la marche de ce jeudi, 14 octobre du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC)  par les autorités locales concernées, ce front entend toujours maintenir son trajet qui consiste à démarrer la marche à l’aéroport international de Gbessia pour passer par Bongo, Madina et terminer la marche à l’esplanade du palais du peuple.

À la veille de cette marche,  les autorités locales concernées ont répondu favorablement en autorisant ladite marche de 8heures à 15heures sur l’itinéraire suivante: Rond-point Aéroport, point de départ – Gbessia Kondébounyi – Hamdallaye en passant par la transversale N°1 – Rond-point Belle – vue – Terrasse du stade du 28 septembre, point de dislocation. Par la occasion, le gouverneur de la ville de Conakry, le général Mathurin Mangoura a invité les maires des cinq communes de Conakry, les Chefs services régionaux de sécurité, sont invités à prendre, chacun en ce qui le concerne, toutes les dispositions nécessaires au bon déroulement de cette manifestation.

Ce jeudi, les services de sécurité sont prêts à empêcher les manifestants à passer par Bonfi et Madina pour rallier l’esplanade du palais du peuple.

Au niveau du pont de Kondebougni, dans la commune de Matoto, un important dispositif sécuritaire est déployé pour empêcher tout passage de manifestants.

Malgré ce dispositif sécuritaire, le président de l’Union des Forces Républicaines (UFR) est  intraitable. Pour Sidya Touré, ils vont marcher jusqu’à l’esplanade du palais du peuple.

« Nous allons marcher sur notre itinéraire. Ils (les promoteurs de la nouvelle constitution)  étaient là-bas (autoroute-palais du peuple)… Ce serait illégal qu’on soit attaqué par les forces de l’ordre parce que je ne vois vraiment pas pourquoi, il faut qu’il y ait de la violence. Nous avons prouvé dans toutes  nos dernières marches que nous pouvons marcher tranquillement et rentrer chez nous. Si on ne nous provoque pas, il n y a pas de problème…Nous allons manifester jusqu’au palais du peuple », a lancé le président de l’UFR.

Avec ces prises de positions radicales, beaucoup d’observateurs craignent les risques d’affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants.

À suivre !

Amadou Oury Barry pour googa224.info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée