Mamadou Sylla aux cadres de l’UFDG en liberté provisoire : «s’il n’y a rien qu’on dise que c’est un dossier est vide »

0
Accompagner par son cabinet, et sa nouvelle coalition CORED, le chef de file de l’opposition a rendu visite hier dimanche aux cadres de l’UFDG récemment bénéficiés d’une liberté sous semi surveillance par des raisons sanitaires. 

Mamadou Sylla et sa délégation ( Bah Oury de l’UDRG, de Makalé Camara du FAN, d’Abdoulaye Diallo du MSD, des représentants du PACT, du MPDG et de l’UFD) se sont rendus chez Ousmane Gaoual Diallo, Abdoulaye Bah, Mamadou Cellou Baldé et Elhadj Ibrahima Chérif Bah. À la fin de cette visite la délégation dirigée par le président de l’UDG a insisté sur la nécessité de renforcer la démocratie et le vivre-ensemble dans la paix. « Quand je suis passé à la maison centrale, mon équipe et moi, je leur ai demandé de prendre beaucoup de courage…Nous demandons à la justice, puisqu’elle est indépendante, de diligenter leurs dossiers pour qu’ils soient lavés de tout soupçon et que les autres qui sont là-bas, parce qu’ils sont nombreux, puissent recouvrer leur liberté»  souhaite Mamadou Sylla.

Par ailleurs, l’homme d’affaire se rappelle les conditions de vie de la maison centrale de Conakry. « Moi j’ai passé 12 jours à la maison centrale. Ce n’est pas un bon lieu. Je connais ce que veut dire liberté provisoire ou conditionnelle. Ce que je souhaite, s’il n’y a rien dans ce dossier, qu’on dise que c’est un dossier vide. Je vous encourage et je vous dis que le combat, c’est pour nous tous. On est ensemble et on se battra pour que cette liberté conditionnelle soit complètement levée.» a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée