Maison centrale de Conakry: Un militaire en attente de son procès décède

0

A une semaine du début du procès des 27 militaires devant le Tribunal militaire, l’adjudant-chef Abdoulaye Soumah, en service au camp Alpha Yaya Diallo, accusé de vol d’armes, d’incitation à la révolte et de détention illégale d’armes, est décédé dans la nuit du jeudi, 02 au vendredi 03 janvier 2020 à l’hôpital Ignace de Conakry.

L’adjudant-chef Abdoulaye Soumah, souffrait d’une tuberculose chronique et qu’il n’a bénéficié d’aucun traitement approprié. Sa mort est donc due au retard du Tribunal militaire d’autoriser son évacuation.

« L’adjudant-chef Abdoulaye Soumah était complètement fatigué. Il n’a pas bénéficié de traitement approprié, par ce que c’est le Tribunal militaire qui retardait son évacuation. Le cas des militaires arrêtés est spécial et très diffèrent des autres détenus, par ce que le régisseur de la Maison centrale n’a pas le droit de les évacuer sans l’autorisation du Tribunal militaire. Sinon ici, quand un détenu est malade, même à 4h du matin, le régisseur va l’envoyer à l’infirmerie. Si ce n’était même pas l’effort de son avocat, il allait mourir ici en prison », rapporte une source anonyme.

Ce procès qui a débuté le jeudi 26 décembre devant le Tribunal militaire concerne 27 accusés de vol d’armes, d’incitation à la révolte et de détention illégale d’armes. Il se poursuivra désormais sans l’adjudant-chef Abdoulaye Soumah.

Source: depecheguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée