Les confidences d’Almamy Aguibou Diallo : « Quand on m’a pris, on m’a envoyé à soronkoni à kankan » 

0

Après avoir été interpellé et porté disparu depuis le 21 septembre 2020, Almamy Aguibou Diallo est à niveau détenu à la maison centrale de Conakry.

Interrogé par nos confrères de la radio Espace Fm chez les grandes gueules ce lundi 8 février 2021, le père d’Almamy Aguibou Diallo larme aux yeux n’y croyait pas que son fils pourrait retourner à la maison centrale après avoir passé sept ans de prison ferme dans l’affaire de l’attaque qui visait la domicile privé du chef de l’Etat en 2011, et par la suite gracié par Alpha condé. Selon Madani Diallo, son fils est accusé de  »détention d’arme  » par le commissaire général de direction centrale de la police judiciaire (DCPJ).  Lisez l’extrait de son peur « Il dit tout ce qu’on a dit sur Ousmane Gaoual Diallo Commissaire Fabou (ABoubacar Camara DCPJ ndrl) a dit qu’il va mettre la même chose.(…) quand je suis parti le voir, à la maison centrale j’étais en compagnie de Me Béa. Depuis le mois de septembre j’ai perdu mon fils. Comme il se couche avec son jeune frère de lait à kipé, à un moment ils se sont appelés au téléphone, il est parti. Au retour au lieu de 21h, il revient à une heure. Cette fois-ci, il était accompagné des hommes en uniforme. Celui qui a tapé la porte et dire à son jeune frère de l’ouvrir. L’enfant ouvre, il voit beaucoup d’homme en uniforme avec son frère. Ils sont rentrés, ils ont fouillés tous ce qui est dans la maison. Mais ils sont retournés avec lui (Aguibou). Alors son frère étant enfant, à 4h il a pris taxi moto pour venir me rejoindre à Samatra là où je loge. (…) après je lui ai demandé qui est-ce qu’il y a ? Il dit qu’il a vu beaucoup de militaires avec son frère. Ils l’ont envoyé, mais il ne connaît pas pourquoi. Donc notre droit maintenant c’est d’aller demander vice versa dans les commissariats. (….) mais depuis ce jour ( 21 septembre) je n’ai pas entendu, ni voir de trace de mon fils. C’est pourquoi j’étais ténu obligé de m’adresser à la presse. Au lendemain seulement vendredi on n’informe qu’il est retenu à la maison centrale. Le lundi maintenant je vais à la maison centrale avec Me Béa. Alors on le fait sortir pour le voir. Il me dit  »papa vraiment je ne sais pas qu’est ce que j’ai fais. Quand on m’a pris, on m’a envoyé à soronkoni à kankan (pleure) » il me dit encore après quelques jours on l’a ramené à Conakry ici. Je crois qu’on l’a amené au camp Samory Touré. Après là-bas dans la cité onusienne dans une des villas numéro 21. De là-bas on l’a envoyé Ignace Deen comme il était malade pour des perfusions. Mais le bruit a commencé à sortir qu’il est disparu. Il était sous perfusion, on le débranche pour l’amener au camp Samory. C’est de là-bas qu’on lui a envoyé à la maison centrale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée