Le FNDC appelle aux manifestations, le gouvernement réplique

0

Au cours d’une réunion tenue lundi dernier à son quartier général, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a appelé à des séries de manifestations en Guinée et à l’extérieur du pays pour protester contre un éventuel troisième mendat.

Le gouvernement guinéen par le biais du ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a réagit suite à cette annonce. Dans une déclaration rendue publique sur les antennes des médias d’État ce mardi, le général Boureima Condé met en garde tous les fauteurs de troubles. Il a par ailleurs tenté de rassurer les citoyens, opérateurs économiques, les miniers et entreprises de vaquer tranquillement à leurs occupations avan de prendre à témoin l’opinion nationale et internationale de ce qu’il qualifie de velléités de paralysie du pays par le FNDC.

Lisez la decdéclarat!

« Chers concitoyens

Mesdames et Messieurs,

Le Front National de Défense de la Constitution, comme il se fait appeler, est intervenu sur les médias le 07 Octobre 2019 et dans sa déclaration, après avoir appelé le Peuple de Guinée à se mobiliser massivement et partout en vue de grandes manifestations républicaines, conseille vivement aux opérateurs économiques ainsi qu’aux sociétés établies sur le territoire guinéen de s’abstenir de toute activité à partir du 14 Octobre et demande particulièrement aux compagnies minières, aux banques, aux usines, aux stations de vente de carburant et aux autres entreprises publiques et privées de suspendre toute activité durant les manifestations en vue d’éviter tout incident dommageable.

Vous comprendrez aisément, chers concitoyens, à la lecture de ce qui précède, la volonté affichée par le FNDC, à savoir tenter, je dis bien tenter de paralyser le pays.

La Constitution que le FNDC prétend défendre précise en son article 10 : « les citoyens ont le droit de réunion, de manifestation et de cortège. » Plus loin, l’article 22 stipule : « chaque citoyen a le devoir de se conformer à la Constitution, aux Lois et aux Règlements ». Et l’article 23 confère à l’Etat la responsabilité d’assurer la sécurité de chacun et de veiller au maintien de l’ordre public.

Le FNDC, par cette déclaration, outre le fait d’affranchir ses membres de la loi, constitue une menace ouverte à la paix et à la sécurité de notre Nation.

Le Gouvernement Guinéen, soucieux de la quiétude sociale et de la sécurité des citoyens et de leurs biens, met en garde tous les fauteurs de troubles, sous quelque forme d’actions ou d’interventions, qui tenteront d’entreprendre pour nuire.

Il invite les citoyens, tous les citoyens, les opérateurs économiques, les sociétés minières et toutes les catégories de travailleurs à vaquer tranquillement et sereinement à leurs affaires.

Les services de sécurité, fidèles à leur mission républicaine, veillent dans la plus grande sérénité, sans céder cependant la moindre fraction de seconde ou le moindre centimètre carré au règne de l’anarchie.

Nul ne peut dénier au peuple de Guinée son droit inaliénable de se prononcer sur la réorganisation des pouvoirs publics et des libertés fondamentales s’il en exprimait le besoin.

Le Gouvernement prend à témoin l’opinion nationale et la Communauté Internationale des intentions manifestement préméditées d’un groupe de citoyens qui prétend prôner l’Etat de droit, la démocratie et la paix par des déclarations incendiaires et des velléités de paralysie du pays.

Le Gouvernement Guinéen, fort de ses prérogatives régaliennes, rassure le peuple de Guinée que sa sécurité et sa quiétude ne seront aucunement affectées par des agissements contraires aux pratiques républicaines.

Je vous remercie, chers concitoyens, de votre aimable attention. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée