« La Guinée a été nominé 21e pays pour la lutte contre les violences faites aux enfants » (Ministre)

0

Le mois du juin est consacré à l’enfant. Sous la recommandation de l’Union Africaine, le thème retenu cette année pour la célébration de la Journée de l’Enfant Africain, le 16 juin (journée commémorant le massacre des enfants de Soweto en 1976) est : “30 ans après l’adoption de la Charte : accélérons la mise en œuvre de l’Agenda 2040 pour une Afrique Digne des Enfants’’. Le choix de ce thème réaffirme la position du Comité sur la nécessité pour les États parties à la Charte de réaliser des progrès notables dans la réalisation des droits de l’enfant en Afrique.

 

 

En Guinée, le mois de l’Enfant sera célébré malheureusement, dans un contexte particulier lié à la persistance de la pandémie de la COVID-19 et de la fièvre hémorragique à virus Ebola qui continuent d’endeuiller le monde avec pour conséquences les perturbations économiques et sociales entraînant ainsi la paupérisation des couches les plus vulnérables, notamment les femmes, les personnes âgées et les enfants. Tout de même, Madame la Ministre de l’action sociale et de l’enfance annonce des progrès dans son département pour la protection des enfants en Guinée.

«Nous savons que notre pays occupe aujourd’hui, un rend très important dans la lutte contre les violences et dans la traite des enfants. Le jour d’aujourd’hui, on est ne dira pas que la Guinée est mal classée sur le plan mondial. Nous occupons le 61e pays dans le rapprochement de la législation sur le partenariat mondial pour la lutte contre les violences faites aux enfants. Il y a tout juste deux semaines, la Guinée a été nominé comme le 21e pays pour la lutte contre les violences faites aux enfants. Donc, quelque part, notre pays se porte bien sur le plan de la législation concernant la protection des enfants » se réjouit Hadja Aissata Daffé.

Aujourd’hui, ils sont nombreux chez les enfants qui déambulent toute la journée dans les quartiers à travers la ville. Face à cette situation, la ministre de l’action sociale et de l’enfance rassure que des mesures sont déjà prises pour accueillir ces enfants dans les centres de Jean Pierre II et celui d’OIM (organisation internationale pour la migration). « Aujourd’hui, avec la direction de l’action sociale et la direction de l’enfance, nous nous occupons des enfants des nuits. Il y a des centres d’accueil pour leur suivi régulier de ses enfants qu’on ramasse un peu partout même jusqu’aux frontières, qui viennent par exemple de la Sierra Leone. Nous arrivons à récupérer ces enfants pour les mettre dans ces centres-là. Également, nous avons des jeunes aujourd’hui qui reviennent de la migration qui sont reçus au niveau du centre jean Paul II, au centre de l’OIM qui va bientôt être transféré au niveau de l’action sociale. Ces enfants-là sont suivis par nos assistants sociaux jusque dans leur village pour leur raccompagner et leur trouver des moyens à travers l’OIM pour les permettre de se fixer » a-t-elle déclarée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée