Hausse du carburant: ‘’Nous allons-nous retrouver pour prendre les mesures’’ (CSTG)

0

Le porte-parole de la confédération syndicale et travailleurs de Guinée (CSTG), Boubacar Biro Barry accuse certains responsables de la CNTG de ‘’haute trahison et complicité’’ avec le gouvernement pour l’augmentation du prix des produits pétroliers à la pompe. Dans cet entretien accordé à notre rédaction, le syndicaliste n’est pas allé au dos de la cuillère par rapport à la décision du gouvernement d’augmenter le prix du carburant à la pompe. Lisez

Googa224.com: Le carburant passe de 9000 à 11000 GNF. Quelle lecture faites-vous de la décision du gouvernement?

Boubacar Biro Barry: D’abord mon sentiment est très décevant. Il est très négatif quand on sait comment est le niveau de précarité du travailleur guinéen surtout avec ces différentes épidémies à savoir Ebola et coronavirus et la nouvelle fièvre Marburg. C’est vraiment dommage que le gouvernement trouve en ce moment-là d’augmenter le prix du carburant. En la matière, il y a deux tendances ! La tendance haussière et la tendance baissière. Malheureusement on était jamais contre la tendance baissière. Donc, il fut de temps, le baril a été vendu au plus bas niveau. Le gouvernement n’a jamais pensé à réduire le carburant en Guinée. Si c’est cette période qu’il trouve nécessaire, c’est vraiment dommage.

Googa224.com: Est-ce que vous craignez les conséquences des conditions de vie des travailleurs. C’est vrai que les autorités ont annoncé que les tarifs de transport resteraient inchangés, mais la réalité est qu’ils ont été revus à la hausse. Partout les tronçons sont payés à 2000 au lieu de 1500.

Boubacar Biro Barry: Pour quiconque se soucie des vies et des mieux être du travailleur ne peut pas baptiser une telle décision. C’est pour cela que je vous avoue que le travailleur guinéen tire le diable par la queue. Donc, c’est absolument inhumain. Et je suis déçu du fait que le gouvernement n’a suivi aucune procédure en la matière. Vous avez vu que le prix du transport a augmenté. Malheureusement, on ne pouvait pas négocier quand ils ont augmenté. Ils ont pensé que réduire les tracasseries policières ce que j’ai entendu comme mesure d’accompagnement, la réduction des barrages hors ce n’est pas une mesure. Donc aucune mesure d’accompagnement n’a été prise pour amortir les effets pervers de cette augmentation. Vous savez, le carburant a des conséquences transversales. Ce n’est pas qu’au niveau des travailleurs . Nous en parlons parce que moi je suis un leader de la société civile guinéenne. Donc c’est tout le peuple qui endosse les conséquences de cette augmentation. Il n’y pas que les travailleurs.

Googa224.com: En pareille circonstance, on a vu des syndicalistes très actifs pour contraindre cette décision. Mais cette fois-ci c’est le silence radio ?

Boubacar Biro Barry: Non nous n’allons pas regarder de façon passive la situation. Je refuse d’aller plus loin parce que je n’ai pas de mandat de le faire, mais nous devons nous concerter les heures qui suivent. Mais le problème est qu’on a tué le syndicat, on l’a divisé. Nous allons nous retrouver. Mais il y a des syndicats qui sont complices de cette situation. Même la forme qu’ils ont appelée négociation à travers le cadre de concertation n’est pas idéale. Donc nous rejetons la forme et le fond. La manière qu’ils menaient la chose et l’augmentation elle-même nous rejetons en bloc. Nous allons nous retrouver pour prendre les mesures qu’il faut prendre.

Googa224.com: Qu’est-ce qui vous fait dire que la CNTG est complice de cette situation ?

Boubacar Biro Barry : Non ce n’est pas un silence. C’est leur fédération de transport qui a participé aux négociations. Les responsables de leur fédération ont participé à leur marasme de dialogue. Ce n’est pas normal. C’est une haute trahison de la part de la CNTG de participer à une telle rencontre. C’est vraiment dommage.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée