Guinée: l’opposition rassure qu’il n’y aura pas de mascarade électorale et elle appelle à la mobilisation

0

L’opposition politique s’est réuni ce vendredi, 17 janvier 2020 au QG de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) situé à Hamdallaye CBG, dans la commune de Ratoma.
Plusieurs leaders de cette opposition ont pris part à cette rencontre. C’est sont entre autres : Dr Ousmane Kaba du PADES, Bah Oury de, Dr Faya Millimouno du Bloc Libéral, Aliou Bah du MODEL, Abdoul Kabélé du et Mohamed Gall de l’UFR.
Trois points étaient à l’ordre du jour.
Abordant le premier point à l’ordre du jour,
le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée UFDG et porte parole du moment s’est félicité de la tenue de l’appelle à la résistance du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

<<En ce qui concerne le premier point, l’opposition politique se réjouit du succès de ces manifestations à Conakry et à l’intérieur du pays et félicite les partisans du FNDC et félicite et tous les patriotes qui ont apporté leurs contributions au succès de ces manifestations et les invite à se mobiliser encore plus à se mobiliser la semaine prochaine>>, s’est réjouit Cellou Dalein Diallo.
Par rapport au deuxième point à l’ordre du jour qui concerne les derniers développements à savoir: le décret du président Alpha Condé invitant les citoyens à aller en campagne et l’affichage des listes électorales, le porte parole de l’opposition politique dira:
<< Sur ces points, nous avons noté que monsieur Alpha Condé qui est champion du désordre continue naturellement le désordre qu’il a instauré dans le pays par ce que pratiquement il n’est pas possible de tenir ces élections dans les délais annoncés par la CENI. Nous sommes dans une situation où la campagne est ouverte mais les listes électorales ne sont pas complètement affichées.
Ce fichier est très loin de refléter l’état réel du corps électoral. Nous avons 8 millions trois cent mille électeurs pour une population estimée par l’Institut national de la statistique à 12 millions soit un ratio de 68%.
Il n’y a nulpart en Afrique un pays où 68% de la population vote. Par ce que les statistiques des Nations Unies précisent que ceux qui ont moins de 18 ans représentent 60% de la population. Donc pourquoi on a 68%? C’est par ce qu’il y a beaucoup de mineurs et de doublons dans le fichier.
Monsieur Kébé a refusé de faire appliquer les recommandations de la mission d’audit de l’OIF.
La CENI annonce qu’il y a 5 millions de personnes qui se sont mobilisés mais il y a 3 millions qui étaient dans le fichier ce qui fait les 8 millions 300 mille personnes, ce qui est contraire aux recommandations de la mission d’audit qui était déjà validé par le comité de suivi et par les autorités.
L’autre grief de l’opposition politique, on ne peut pas dans aucun pays au monde commercer une élection sans la terminer et entamer une autre. Vous savez pertinemment que les élections locales ne sont pas terminées. Les conseils régionaux et les conseils communaux ne sont pas mise en place par M. Alpha Condé. Il veut garder les conseils de quartier qui sont nommés et qui sont à la solde de M.Alpha Condé. Donc, nous avons exigé que les élections commencées soient terminées avant d’aller aux élections législatives. C’est conforme à la loi et conforme à un arrêt de la Cour Suprême>>, a dénoncé le leader de l’opposition guinéenne.

Par rapport au troisième point, Cellou Dalein Diallo précise :
<<Nous voulons avoir un président de la CENI qui rassure par sa neutralité, par son impartialité et par ses compétences. Malheureusement, on a monsieur Salif Kébé qui obéit aveuglément à monsieur Alpha Condé. Nous voulons que monsieur Alpha Condé respecte notre constitution. Nous maintenons cette position. Nous ne tolérons pas qu’il y ait mascarade électorale. Donc, l’opposition politique sur les derniers développements maintient sa position et va continuer la résistance et s’opposer à l’organisation d’une mascarade électorale par tous les moyens pour empêcher un 3ème mandat du président Alpha Condé. Le FNDC a déjà annoncé la reprise des contestations le mardi 21 et le mercredi 22 janvier pour exprimer notre opposition à ce projet de 3 ème mandat et à cette mascarade électorale>>, a conclu le chef de file de l’opposition guinéenne.

Amadou Oury Barry pour googa224.info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée