Guinée : FNDC COMMUNIQUÉ N°066

0

La résistance citoyenne s’intensifie au fur et à mesure que l’on s’approche de la date fatidique du 1er mars 2020.

Le FNDC est plus que jamais décidé à empêcher la tenue des élections législatives couplées au référendum permettant d’octroyer un hypothétique troisième mandat à M. Alpha Condé.

Pour ce faire, des missions de sensibilisation contre le troisième mandat ont été envoyées dans toutes les régions du pays.

Les missions du FNDC ont été, par endroit, prises à partie par les sbires du régime de M. Alpha Condé. Ce fut le cas de la mission qui s’est rendue en Guinée forestière et dont les membres ont été violemment agressés et leurs véhicules caillassés par des loubards soudoyés par les autorités locales de Kissidougou. Nos vaillants leaders ont malgré tout réussi à poursuivre leur chemin en direction de N’zérékoré qui est leur destination finale.

A Mamou, sous l’ordre de la gendarmerie régionale, la mission de sensibilisation a été agressée et celle qui dirige les opérations a été kidnappée par des agents encagoulés.

Ailleurs, ce sont des jeunes qui sont enlevés et déportés loin de leurs lieux de résidence. Ce fut le cas du responsable du FNDC de la ville de Macenta qui a été kidnappé par le préfet de cette ville et déporté à Faranah où ses proches sont restés sans nouvelles de lui pendant plusieurs jours.

A Conakry, ce sont des jeunes innocents qui ont été kidnappés et déportés dans le camp militaire de Soronkoni, à plus de 600 km de la capitale. Nous ne cesserons de dénoncer ce camp devenu une véritable prison de torture des citoyens opposés au projet de 3ème mandat.
Toutes ces exactions ont pour seul but d’intimider les responsables et partisans du FNDC afin de limiter l’impact des actions de résistance citoyenne de la semaine en cours.

Malgré toute cette répression barbare, la première journée de résistance citoyenne de cette semaine a été un franc succès. Elle a enregistré une large adhésion des populations guinéennes dans de nombreuses villes du pays notamment dans les 5 communes de Conakry, à Kindia, Kolaboungni, Fria, Télémilé, Dubreka, Boffa, Boké, Kamsar, Kindia, Pita, Dalaba, Coyah, Tanènè, Sangarédi, Dinguiraye…
Malheureusement, le bilan provisoire de la répression sanglante perpétrée par les forces de l’ordre est huit (8) blessés graves dont deux (2) par balle. En outre plusieurs personnes ont été arbitrairement arrêtées et conduites à des destinations inconnues.

Le FNDC déplore ce comportement rétrograde des forces de l’ordre à la solde du pouvoir en place et met en garde les auteurs et commanditaires de ces atrocités qu’ils rendront compte de leurs forfaitures le moment venu.

Nous condamnons avec la plus grande énergie les arrestations et les violences, particulièrement à l’égard des femmes arrêtées à Conakry et à Mamou dont Madame Djéssara Traoré, ancienne Députée de la République.

Le FNDC salue le brave peuple de Guinée et plus particulièrement les femmes de Bonfi, Kaloum, Dubreka et Dixinn pour leur détermination à combattre l’imposture sous toutes ses formes.

Le FNDC appelle l’ensemble de ses membres et sympathisants à poursuivre la résistance citoyenne au cours de la journée de demain 20 février 2020. En aucun cas nous ne laisserons la dictature s’enraciner dans notre pays.

Le peuple de Guinée triomphera car il est du côté de la vérité.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons !

Conakry, le 19 février 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée