Grève du SLECG : « Le mot d’ordre de grève reste maintenu jusqu’à la libération de nos camarades et la satisfaction de nos revendications », dixit Aboubacar

0

Frustré de l’arrestation et l’incarcération de certains de ses membres, le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) a organisé une réunion ce samedi, 18 janvier 2020 à son siège à Donka dans la commune de Dixinn.
Cette réunion a été présidé par le secrétaire du SLECG. Dans son discours, Aboubacr Soumah a fustigé les conditions dans lesquelles ses camarades syndicalistes ont été arrêté avant de dénoncer ce qu’il qualifie « d’abus de l’État ».
“ C’est le moment pour nous d’être encore plus déterminés pour le combat que nous sommes en train de mener. Vous savez aujourd’hui, ceux qui détiennent le pouvoir sont entrain d’en abuser. Nous ne vivons plus dans un État de droit. Des syndicalistes arrêtés, emprisonnés, jugés, condamnés, contrairement aux dispositions des articles de notre constitution et la loi 028 régissant le statut du fonctionaire de l’État.
Aujourd’hui toutes ces lois sont piétinées par le pouvoir pour faire aboutir sa mésaventure, de toujours se satisfaire ou de s’enrichir sur le dos des pauvres populations Guinéennes” , a martelé Aboubacar Soumah.
Par rapport au mot d’ordre de grève, le leader du SLECG précise :  » Le mot d’ordre de grève reste maintenu jusqu’à la libération de tous nos camarades et la satisfaction de nos points de revendications « , dit-il.
Il noter qu’au cours de cette semaine, douze enseignants syndicalistes ont été arrêtés. Hier vendredi ils ont comparu à nouveau au tribunal de première instance de Mafanco pour les réquisitions et plaidoiries. Les enseignants espéraient obtenir leur libération mais le tribunal à décidé de renvoyer le délibéré pour le 21 janvier prochain pour fixer les prévenus sur leur sort.

Amadou Oury Barry pour googa224.info.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée