Fuite au BAC : Les explications du Ministère de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation.

0
Ce jeudi 18 juillet le Baccalauréat session 2019 l’option Sciences Sociales a été perturbée par la fuite de l’épreuve de Français. Grace à la vigilance des responsables du Ministère de l’éducation Nationale et de l’Alphabétisation cette fuite a été decelée dès la matinée de ce jeudi. Le lancement de cette épreuve a eu pour conséquence  deux bonnes heures d’attente des candidats, histoire de permettre au service des examens de changer le sujet sur toute l’étendue du territoire. Le porte-parole du MENA rencontré par notre rédaction est revenu sur la situation au micro d’un reporter de votre site d’information.
« Aujourd’hui, l’option sciences sociales devrait avoir l’épreuve de français, mais des 6 heures du matin le service examen a pu mettre main sur une des publications sur le réseau social whatsapp de ladite épreuve. Extraction a été faite et quand les deux(2) épreuves, celle réelle et celle prise sur whatsapp ont été comparées il a été constaté que c’est la même épreuve. Donc, aussitôt comme il était 6 heures, le service examen a plusieurs variantes, plusieurs dispositifs, automatiquement tout le territoire a été informé. Les délégués ont été informés de ne pas lancer l’épreuve de français et qu’il y avait un remplacement en cours. On prit deux heures pour que tout le territoire  soit en possession et c’est a 11 heures que l’épreuve avait été lancée » A fait savoir Mohamed Ansa Diawara.
« Pour l’heure, nous n’avons pas de preuve, mais le ministre Mory Sangaré a promis de mettre mains sur la ou les personnes qui ont fait cela. Les enquêtes vont continuer jusqu’à mettre main sur ces personnes fautives(…) tout ce qui sont pris avec leur téléphone en classe, en dehors de la classe sont automatiquement éliminés, les surveillants en question éliminés et mis à la disposition de la sécurité. C’est pourquoi toutes les personnes qui ont été prises aujourd’hui vont répondre de leurs actes(…) Pendant les deux(2) premiers jours du Bac nous avons effectivement décelé des cas de fraude de par la vigilance de nos dispositifs en place on a detecté douze (12) cas de port de telephone. Deux cas de substitution, un (1) à Ratoma et un (1) à Matoto. Deux (2)  ports de voile intégrale, un(1) à Kankan et un(1) cas dans la commune de Ratoma » A déclaré le porte-parole du MENA.
En plus de ces cas, Ansa Diawara a aussi annoncé l’arrestation des cinq(5) enseignants du privé dont un fondateur et deux(2) proviseurs qui s’étaient constitués en comité de rédaction a l’extérieur des centres d’examen afin de traiter des sujets et les envoyés par la suite à  leurs élèves déjà en classe vis a les réseaux sociaux.
Moussa Moïse Keita.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée