Faranah : Lancement officiel de la 5e édition du camp national de climat

0

Le lancement officiel de la 5e édition du camp national du climat a eu lieu ce mardi, 05 octobre 2019 au sein de l’Institut Supérieur Agronomique et Vétérinaire (ISAV), dans la région de Faranah.

Cette initiative portée par l’ONG PRONG a pour thème : « La restauration des forêts et paysages forestiers, épine dorsale de l’action climatique locale ».
D’entrée, le directeur exécutif de cette ONG dégage l’objectif de cette édition.
<<Il y a de cela cinq (05) ans que nous avons commencé cette initiative qui vise à donner les moyens aux jeunes acteurs du changement afin d’agir pour le changement. Il s’agit d’outiller les participants de cette 5e édition, de renforcer leurs capacités, de mettre à leur disposition toutes les compétences nécessaires en vue de transformer des villages, transformer des territoires pour un développement durable>>, a indiqué Ibrahima Sory Youla.
Dans son discours de bienvenue, le directeur général de l’ISAV a profité de l’occasion pour inviter les participants à inverser les tendances liées au changement climatique.
<<Nous avons largement contribué à la destruction de l’environnement avec le nomadisme agricole, avec le nomadisme cultural, avec le pastolarisme lié aussi au nomadisme, nous avons complètement détruit notre environnement. J’aime à le dire d’ailleurs si on n’inverse pas les tendances, c’est bientôt la fin du monde. Le devoir des jeunes et des décideurs, c’est de tout faire pour inverser la tendance, pour impliquer tout le monde, que ça soit les hommes, les femmes, les jeunes à la mise en œuvre des activités liées au respect scrupuleux des lois imposées par la gestion de l’environnement>>, a prévenu Sarah Baïlo Diallo.
Venu de Madagascar pour partager l’expérience malgache dans la lutte contre le changement climatique, Antso Tania experte en éco-village a invité chacun à s’investir dans la lutte contre le changement climatique.
<<Je suis très contente d’être là avec vous pour faire des échanges avec vous. Le changement climatique n’est pas propre qu’à la Guinée, c’est un phénomène mondial. Ce qui est important, c’est notre engagement individuel, c’est le rôle que chacun peut jouer dans ce contexte>>, a-t-elle dit.
Avant de lancer officiellement les activités de ce camp, le gouverneur de la région administrative de Faranah a précisé que l’être humain est au centre des problèmes environnementaux en Guinée et à Faranah:
<<Tout  ce don nous souffrons aujourd’hui, nous sommes acteurs et complices. La coupe abusive de bois, c’est l’homme qui le fait, les feux de brousse, c’est l’homme lui même, l’envahissement des berges des cours d’eau, c’est l’homme lui même. Nous sommes dans une situation très critique. Il suffit de voir comment on est en train d’exploiter l’or à Siguiri ? Comment on est en train d’exploiter le diamant à Banankoro et à la SMD? pour que vous vous rendez compte que l’argent est en train d’aider à détruire notre environnement. Si on ne prend pas garde, comme l’a dit monsieur le directeur général (DG de l’ISAV ndlr), le glas de la fin du monde a sonné>>, a lâché Sadou Keïta avant de lancer les activités de ce camp climat.
Durant cinq (05) jours, des experts nationaux et internationaux vont outiller les participants sur des thématiques comme : La sensibilisation sur la prise de responsabilité environnementale; l’adaptation basée sur les écosystèmes; la paix et le changement climatique; l’Intégration de la pisciculture écologique à l’agriculture biologique, l’impact des vagues de chaleur sur les villes en 2050 et les techniques d’agroforesterie.
Amadou Oury Barry depuis Faranah pour googa224.info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée