Facebook peine à lutter contre les fake news

0

Facebook avait promis de lutter contre les fausses nouvelles, mais la tâche est plus complexe qu’il n’y paraît. À un an des élections présidentielles aux États-Unis, le premier réseau social au monde peine encore à endiguer le phénomène.

Très souvent accusé d être un vecteur de désinformation, Facebook avait promis de faire des efforts avant les prochaines élections nord-américaines. Malheureusement, comme c est souvent le cas avec le réseau social aux deux milliards de comptes, les choses sont un peu plus compliquées que prévu.

Remontons un peu dans le temps. Après l élection présidentielle de 2018 qui a vu Donald Trump accéder à la Maison Blanche, Facebook avait été qualifié d usine à fake news. De nombreuses publicités mensongères et articles de presse erronés avaient circulé sur le réseau, pipant le résultat des élections d après certains.

Fake news et vie privée

Pour éviter une nouvelle déconvenue de cette ampleur, Mark Zuckerberg avait donc promis de partager un maximum de données avec des universitaires afin de lutter contre ce problème de mésinformation, le tout avant les élections de 2020. Or, l élection approche et la base de données à étudier n est toujours pas de mise, comme le remarque le quotidien New York Times.

L idée était de donner un maximum d informations sur le type de cercles dans lesquels se propageaient de fausses informations pour lutter efficacement contre le phénomène. Des douzaines d organismes ont soutenu l effort dans l espoir de réduire le mal opéré par ce genre d informations. Le site s est heurté à un autre problème qu il connaît bien, à savoir le respect de la vie privée.

Facebook en tenaille

Difficile en effet pour Facebook de concilier lutte contre la désinformation et respect de la vie privée. Pris en tenaille entre ses deux plus gros soucis de ces dernières années, Facebook —avec l aide d une ONG — a tenté d épouser l idée tendance de la“confidentialité différentielle” comme chez Apple, mais là encore le résultat est bien moins probant qu espéré. Conjuguer une base de données géante, la richesse des informations et la protection de la vie privée est un casse-tête. D autant plus qu après l affaire Cambridge Analytica, Facebook est scruté de très près en ce qui concerne le partage d informations personnelles.

Résultat, il est difficile pour Facebook de lutter efficacement contre les fausses informations, alors même que le site est le premier responsable de leur propagation selon certaines études. Les élections US de 2020 s annoncent sportives.

Source :New York Times

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée