Éventuelle hausse du prix du carburant : « C’est inopportun… si on a envie d’améliorer les conditions de vie des citoyens » (Delein)

0

Le gouvernement envisage un réajustement du prix du carburant à la pompe. Selon des indiscrétions, la décision pourrait intervenir dès le début du mois de juin prochain. A l’occasion de l’Assemblée générale virtuelle de l’UFDG de ce samedi 29 mai, Cellou Dalein Diallo a dénoncé la mauvaise foi des autorités guinéennes.

Le challenger direct du chef de l’État indique qu’il est inopportun et contre-productif de procéder à une augmentation du prix du carburant à l’heure actuelle. Il par ailleurs fait savoir que le gouvernement devait même vendre le carburant à la pompe à moins de 7 000 francs pour alléger les difficultés des citoyens. « Cette augmentation du prix du carburant qui est annoncée par le gouvernement, qui essaie de défendre cette décision n’est pas du tout opportune. Aujourd’hui, le prix de revient de litre d’essence à la pompe après avoir pris en compte l’ensemble des charges, la rémunération de l’ensemble des acteurs qui interviennent depuis l’importation, le transport jusqu’au stockage, le prix de revient à la pompe est de 6634 gfn Et ce prix se décompose comme suie. Le fournisseur étranger qui facture en dollars, l’équivalent en franc guinéen, ce sont 5128 gfn par litre. En suite, vous avez les frais de passage à la société guinéennes de pétrole, chaque litre on paie 100 Francs guinéens. La privatisation, on paie 500 francs pour assurer le transport du carburant sur l’ensemble du territoire national. Les importateurs ont une rémunération de leur implication dans le processus sur chaque litre, on leur paye 555 francs guinéens. Les propriétaires de station ont une marge par litre de 300 Francs guinéens. C’est ce qui fait un total de 6634gfn » a-t-il expliqué.

Dans cette optique que, le président de l’UFDG fait une invite au gouvernement à ne pas augmenter le prix du carburant à l’heure actuelle vu les conditions difficiles de la population. « L’inflation est forte. On a 13 % d’inflation. Moi, je dis en augmentant le prix du carburant, même si les denrées de première nécessité sont disponibles, elles ne seront pas accessibles. Donc ce n’est pas le moment. Ils ont augmenté beaucoup de taxe, compte tenu de l’incidence de son prix sur l’ensemble des biens et services échangés dans le pays, de la crise sanitaire et économique que nous vivons, de l’arrivé très prochain de la période de soudure, on ne devrait pas le faire, si on a envie d’améliorer les conditions de vie des citoyens » a lancé Cellou Dalein Diallo.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée