États-Unis : L’ex-président américain Obama et Clinton, visés par des colis explosifs

cinq colis suspects envoyés à des personnalités démocrates, dont Obama et Clinton

0

Au moins cinq colis suspects adressés à des responsables politiques américains ont été découverts, mercredi, dans l’état de New York et en Floride. Ils ont été envoyés à l’ancienne secrétaire d’Etat Hillary Clinton, L’ex-président américain président démocrate Barack Obama, l’ancien directeur de la Central intelligence agency (CIA) John Brennan, l’ancien procureur général (« attorney general ») Eric Holder et le gouverneur de New York, Andrew Cuomo. Aucun des colis, qui pourraient contenir des engins explosifs artisanaux selon plusieurs médias américains, n’a explosé, et aucun blessé n’est à déplorer.
Le président américain Donald Trump a réagi, dans une déclaration lors d’un événement organisé à la Maison blanche peu après 20 heures (heure de Paris), à la découverte de ces colis.

Les colis sont inspectés par des experts en explosif, et une importante enquête fédérale a été ouverte. Tous les moyens de notre gouvernement sont déployés pour mener à bien ces investigations et mener les responsables de ces actes odieux devant la justice (…) Dans cette période, nous devons rester unis, rester ensemble, et envoyer un message sans équivoque, clair et fort : aucune menace, aucune violence politique n’a sa place dans aux Etats-Unis.
Deux colis suspects ont été trouvés dans le courrier envoyé à Hillary Clinton et Barack Obama, a déclaré, dans la matinée du mercredi 24 octobre, l’agence fédérale des services secrets, notamment chargée de la sécurité du président et des anciens présidents des Etats-Unis. Le personnel chargé de vérifier le courrier envoyé à l’ancienne secrétaire d’Etat et à l’ancien président démocrate a « immédiatement détecté », selon le communiqué, la dangerosité des deux colis interceptés.

La rédaction de CNN à New York a par ailleurs été évacuée, mercredi, après la découverte d’un colis suspect, qui s’est révélé être une bombe artisanale adressée au directeur de la CIA entre 2013 et 2017, John Brennan, ouvertement critique de la présidence de Donald Trump. Consultant pour les chaînes MSNBC et NBC News, John Brennan n’a pas de lien direct connu avec CNN. La police a confirmé avoir été appelée sur les lieux suite à des « informations sur un colis suspect », et l’opération des équipes de déminage s’est terminée peu après 18 heures – heure de Paris. Le direct de l’antenne, diffusé depuis New York, a été interrompu peu après 10 heures du matin sur place, les studios de Washington prenant le relais quelques minutes plus tard.

« Un engin a été envoyé à mon bureau », a également déclaré le gouverneur démocrate de l’état de New York, Andrew Cuomo, lors d’une conférence de presse devant l’immeuble de CNN. « Je ne serais pas surpris si d’autres engins apparaissaient » ailleurs, a-t-il ajouté. Un représentant de la police de New York a expliqué, dans la soirée de mercredi, que le colis reçu par le gouverneur n’était pas un engin explosif.

Le cinquième colis, envoyé à l’ancien procureur général Eric Holder, a été découvert en Floride, dans les bureaux de l’ancienne présidente du Parti démocrate Debbie Wasserman Schultz, actuel membre de la Chambre des représentants, car la localisation de ses locaux apparaissait en adresse de retour sur le colis suspect.

CNN a publié une information selon laquelle l’interception d’un colis suspect adressé à la Maison blanche avait eu lieu, mercredi. Massivement relayée, l’information a été démentie par l’agence fédérale Secret Service.

Des actions « lâches et ignobles »
Le colis adressé à Hillary Clinton était en route vers le domicile qu’elle occupe avec son mari, l’ancien président démocrate Bill Clinton, à Chappaqua, dans le nord de l’état de New York, lorsqu’il a été intercepté. La candidate démocrate ne se trouvait pas à son domicile, selon l’agence Associated Press, mais Bill Clinton était bien présent. Le colis suspect a été intercepté, dans la soirée du mardi 23 octobre, dans un centre de tri du comté de Westchester, où se trouve la localité de Chappaqua. Le colis adressé à Barack Obama, à Washington, a lui été intercepté tôt dans la journée du mercredi 24 octobre.

La Maison blanche a rapidement réagi dans un communiqué, en condamnant les actes « ignobles » visant Hillary Clinton et Barack Obama, et en déclarant « engager toutes les actions nécessaires pour protéger tout le monde de ces lâches ».

Le vice-président américain Mike Pence a lui aussi condamné ces « attaques », déclarant que « ces actions lâches sont ignobles et n’ont aucune place dans nôtre pays ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée