Élie Kamano aux Guinéens: « Si on veut refonder l’État, Il ne faut pas s’attendre à ce que ça soit fait dans deux ans»

0
Depuis la prise effective du pouvoir par le CNRD, le Colonel Mamadi Doumbouya a posé des actes salutaires aux yeux de plusieurs observateurs. Pour l’artiste reggaeman devenu homme politique Élie Kamano, le président de la transition doit être beaucoup plus ferme dans ses prises de décisions. Puisqu’estime l’artiste, tout le monde ne peut pas être satisfait de la gestion de l’État
« Le col. Doumbouya veut satisfaire tous les Guinéens ! Ça ne peut pas être possible. Il ne peut pas faire des homolletes sans casser des œufs. Une révolution qui est faite à moitié sanctionne toujours. Pour le moment, il faut être plus ferme » souhaite Élie Kamano.
Le président du Parti Guinéen pour la Solidarité, la Démocratie et le Développement (PGSD) estime qu’interdire Alpha Condé de ses mouvements et laisser ses anciens collaborateurs est une décision à deux poids deux mesures: « Lorsque nous parlons des anciens dignitaires, ça me met mal à l’aise, de savoir Alpha Condé est dans ces conditions et que les autres soient l’autre condition plus acceptable. Il y a une certaine liberté des mouvements, même ses dispositions que je ne comprends pas. Quand j’entends Makanera venir s’assoir dans les radios pour raconter du n’importe quoi, Papa koly Kourouma tous ces gens, je me dis qu’il n’y a pas assez de fermeté. Il faut que le président soit beaucoup plus ferme sur certaines choses. Parce qu’il ne peut pas satisfaire tous les Guinéens» rassure Élie Kamano.
Pour ce politicien, cette refondation de l’État prônée par les Guinéens ne peut se faire en précipitation. C’est pourquoi, Elie Kamano souhaite une durée de trois ans pour la transition afin de bien  »nettoyer » la classe politique guinéenne. « Lorsque j’ai vu les cinq points sur lesquels le CNRD repose je me suis tout simplement appuyé sur le dernier point. La refondation de l’État. Alors, si on doit refonder l’État, il ne faut pas s’attendre à ce que ça soit fait dans deux ans. Le minium pour moi, c’est trois ans. C’est un débat qui va se jouer au CNT. Et cela va se jouer entre la jeunesse de la nouvelle génération politique et les anciennes générations » a-t-il lancé dans l’émission mirador ce vendredi 22 octobre 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée