Discours du chef de l’État : Ousmane Gaoual « la position de l’opposition est de n’engager aucune discussion autour de cette nouvelle constitution »

0
Le député Ousmane Gaoual Diallo de l’UFDG semble couper l’herbe  sous les pieds du Premier minisre Dr Kassory Fofana. Le chef du gouvernement est « instruit » par le chef de l’Etat à organiser des consultations.
En Guinée , Les réactions n’ont pas tardé du coté de l’opposition Républicaine notamment chez le principal parti de l’opposition guinéenne l’Union des Forces Démocratiques Guinée UFDG après le discours à la Nation du chef de l’Etat, Pr Alpha Condé.
Apres cette allocution du Président Alpha Condé  ce mercredi  4 Septembre  sur les antennes des médias d’Etat qui instruisait son premier ministre Ibrahima Kassory Fofana d’organiser un dialogue avec les institutions, les partis politiques ; la société civile sur les composantes de la nouvelle constitution, les réactions fusent de partout.
Joint au téléphone dès après cette allocution par Googa224.info, le responsable en charge de la communication de cette formation politique, honorable Ousmane Gaoual Diallo pense que ce discours d’Alpha Condé laisse entrevoir que la Guinée va continuer à se maintenir  dans une situation de crise politique et sociale en ne renonçant pas à ce projet de nouvelle constitution qu’il qualifie de diabolique.
« La position de l’opposition et du FNDC jusqu’aujourd’hui est de n’engager ni dialogue, ni négociation, ni compromis autour de cette nouvelle constitution. Nous restons sur notre position en attendant que le Front National pour la Défense de la Constitution se réunisse et qu’il ait une déclaration publique. La position est de n’engager aucune discussion autour de cette nouvelle constitution » a lancé au bout du fil, ce responsable de l’opposition Républicaine avant d’ajouter.
« Le chef de l’Etat connait notre position, connait l’attente des guinéens et leurs déterminations à défendre leur constitution. Je pense que cela ne fait l’objet d’aucun doute. C’est une peine perdue qui a des conséquences extrêmement dramatiques pour notre pays parce que cette absence de déclaration claire, parce qu’il aurait pu profiter de cette occasion pour réduire la crise et déclarer clairement qu’il renonce au projet de troisième mandat. Comme ça, cela aurait libéré les énergies, cela aurait permis à tous les guinéens de se mettre à sa disposition pour l’aider à achever dans la dignité et le respect les quelques mois qui lui restent encore à la tête de cette Nation. Mais en ne renonçant pas, il pousse à renforcer leur détermination et à être aux aguets. Et cette situation maintien le pays dans une situation de tension quasi continue qui n’est pas bon pour l’économie ; pas bon pour les relations politiques et  sociales » argumente-t-il.
Moussa Moïse Keita.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée