Destruction des biens publics : deux hommes présentés aux médias

0
Deux hommes âgés d’une vingtaine d’années ont été présenté à la presse ce mercredi 02 mars 2022 dans les locaux de la Direction Centrale de la Police judiciaire (DCPJ).
Yaya Barry et Amadou Sarah bah sont reprochés respectivement pour des faits des  »coups et blessures volontaires, destruction des biens et troubles à l’ordre public lors des manifestations dans la journée du 28 février 2022 ».  « Ils ont été entendus. Ces personnes qui ont été conduites dont les noms sont Yaya Barry et Amadou Sarah bah, le premier reconnait les faits de coups et blessures volontaires sur la personne de monsieur Samonka dans la journée du 28 février. Beaucoup ont vu le grimper les plateaux arraché les caméras de surveillance et la faire tomber. Pour ce qui est de la reconnaissance de l’infraction, Yaya Barry ne reconnaît pas les faits. Mais puisque les images sont là, le tribunal saura apprécié. Quand même, il reconnaît les faits des coups et blessures volontaires sur la personne de Samonka qui a été agressé lors des manifestations du 28 février. La victime a été dépossédé de ses biens de ses biens à savoir son téléphone et du numéraire. Pour ce cas précis ils reconnaissent les faits.  Ils ont été arrêtés sur l’axe Par la CMIS» déclare Kenema Ibrahima Kalil Commissaire de police, directeur central de la police judiciaire avant de lancer un appel à l’endroit de ceux qui s’hasardent de ces genres de pratiques. «Pour tous ce qui se livrerai à ces genres de pratiques, ils seront interpellés. Parce que les caméras de surveillance sont placées un peu partout dans les différents carrefours de l’axe. Au fur est à mesure on les interpellera, on les présentera à la justice».
Par ailleurs, Yaya Barry nie en bloc les faits qui lui sont reprochés concernant la destruction des biens publics. Mais il reconnaît tout de même d’avoir violenté la personne Samonko avec son ami Amadou Sarah bah. « Je ne reconnaît pas les faits de destruction des caméras. Concernant l’arme blanche, je reconnais. Je travail avec le couteau puisque j’exerce le métier de la peinture. Concernant l’attaque du Samonka je reconnais. Il nous filmait. Après on est allé récupérer son téléphone, et le poignarder au dos. C’était dans le quartier de solokourè à la cimenterie (Ratoma). J’ai agressé seulement le monsieur. Mais le reste je ne reconnaît pas les faits. moi on m’a arrête à la route pour des cas de vols de téléphone. Mais le propriétaire avait récupéré ça. Dès que le propriétaire du téléphone m’a vu dans notre quartier, il m’a reconnu» a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée