CPR à Mory Condé : « La réussite de cette période transitoire passe par la moralisation de la vie publique» 

0
Mory Condé  continu de recevoir les acteurs politiques par rapport au cadre de dialogue politique annoncé par le CNRD notamment le président colonel Mamady Doumbouya.
 
La coalition politique pour la rupture dirigée par Lansana Faya Milimono déclare que la rencontre avec le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation était axée sur la question du cadre des dialogues permanents. « Avec le ministre,  il a été question du cadre permanent, demander à toute la classe politique, même si certains de nos collègues (politiques NDRL) veulent en prendre la paternité. Il a été question de mettre en place un cadre permanent de dialogue qui nous permette tous  de mettre nos intelligences ensemble pour faire réussir cette période transitoire. Il était question de savoir la nature de ce cadre. Est-ce que, c’est un cadre uniquement avec les politiques ou les politiques élargis aux sociaux, aux  syndicats etc.. Ce que nous avons eues en tant que coalition politique pour la rupture a confié au ministre et à ces collègues, c’est de mettre en place un cadre de dialogue avec les acteurs politiques. Les questions de débat ne concernent pas seulement les politiques, mais la période transitoire, elle est d’abord politique. Nous sommes en train de parler la rédaction d’une nouvelle constitution. Nous avons les lois électorales qu’il faut élaborées, l’organe des élections qu’il faut repenser. Et donc pour que les questions politiques soient discuter à fond avec le gouvernement, la CPR a souhaité que ce soit un cadre du gouvernement face aux acteurs politiques » soutien le président du BL .
Faya Milimono annonce que le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation a profité de cette rencontre pour leur donner quelques explications  sur les actions qui sont en train dit-il d’être posées par le gouvernement dont il fait parti. « par le CNRD notamment la récupération des biens de l’État, les travaux de la cour de la Répression économique et financière. La question, nous n’avons pas eux des réactions par ce que quand nous parlons de la rupture, c’est effectivement le rupture avec le système qui nous a mis en faillite. Quand un bien appartient à tout le monde, il doit être respecté comme tel. Ce que nous souhaitons par rapport aux travaux de la cour des Répression, ce que ça se fasse correctement comme les dispositions légales de notre pays. Mais la réussite de cette période transitoire passe nécessairement par la moralisation de la vie publique dans notre pays ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée