COVID-19 : le chef de l’État annonce plusieurs mesures (décret)

0
Pour limiter la propagation du coronavirus en Guinée, chef de l’État a prorogé l’État d’urgence sanitaire. Cette annonce a été faite à travers un décret lu à la télévision nationale hier jeudi 05 août 2021.
Depuis l’apparition de la troisième vague appelée variant Delta, la Guinée n’est pas restée en marge. C’est pourquoi le Pr Alpha Condé a pris son bâton de pélerin en maintenant le couvre-feu de 22heures à 4 heures du matin, le contrôle sanitaire en vigueur pour les lieux de loisirs (hôtels, restaurants et bars), en passant par le port obligatoire des bavettes dans les lieux publics, le respect de la distanciation sociale, le lavage des mains, tout reste maintenu.
 Il a par ailleurs annoncé le renforcement du contrôle sanitaire dans les lieux d’entrée des zones minières (Boke et Siguiri) avec la présentation des tests PCR ou cartes de vaccination. L’interdiction des regroupements de plus de 50 personnes dans les cérémonies de mariage et baptême, l’observation dans les lieux de culte des mesures barrières, l’interdiction des corps testés positifs au Covid-19, le contrôle sanitaire et l’imposition des documents négatifs des tests PCR ou de vaccination aux voyageurs interurbains à la rentrée et sortie de toutes les préfectures, l’obligation pour les structures privées d’effectuer des tests de diagnostic en collaboration avec l’ANSS pour tout cas de positivité détecté en leur sein et l’invitation lancée à l’ensemble de la population pour se faire vacciner contre la Covid-19 sur toute l’étendue du territoire national.
Cette mesure reste valable sur l’ensemble du territoire national et sera réexaminée en fonction de l’évolution de cette pandémie de la COVID-19 dans les préfectures de Beyla, Boffa, Boké, Coyah, Davila, Dubreka, Forécariah, Fria, Kindia, Loubia, Koundara, Labé, Macenta, Mamou, N’Zérékoré, Pita, Tougué, Yomou, Kankan, Lelouma, Mali et les cinq (5) communes de Conakry.
Les ministères en charge de la défense, de la sécurité et de la protection civile et celui de l’administration du territoire et de la décentralisation des transports, de la jeunesse de la culture des sports, de l’hôtellerie et du tourisme et des affaires religieuses sont invités à l’exécution rigoureuse en vigueur du présent décret. Le non-respect de ces mesures édictées exposent le contrevenant aux sanctions prévues par la réglementation en vigueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée