Compte rendu Assemblée générale de l’UFDG du 24 novembre 2018.

0

L’Assemblée générale de l’UFDG de ce samedi 24 novembre a connu aujourd’hui encore une mobilisation digne de ce nom, les militants comme pour dire que l’intimidation et les exactions n’influenceront point leur détermination et leur engagement, ont envahis le siège du parti.

Remarquons que les militants ont réservé un accueil chaleureux à Ibrahima Sory Camara qui a été libéré hier. Celui-ci a remercié le président Cellou Dalein Diallo, les respons ables et militants qui n’ont cessé de lui témoigner leur sympathie durant les 8 mois de son incarcération.

Le célèbre auditeur a rappelé que sa détention n’a fait que renforcer sa détermination à lutter contre l’arbitraire et la mauvaise gouvernance, il a aussi juré qu’il ne trahira jamais la confiance placée en lui.

À sa prise de parole, le président Cellou Dalein Diallo, à tenu a féliciter Ibrahima Sory Camara pour sa constance et sa patience lors de cette éprouvante incarcération, « je félicite Ibrahima Sory Camara pour le courage et la dignité avec lesquels il a vécu ces huits mois d’emprisonnement, j’ai eu le privilège de constater qu’il est resté toujours le même, un vaillant militant de notre parti, il n’a jamais été démoralisé, il est encore plus déterminé pour le combat que nous sommes entrain de mener pour l’avènement d’une société plus juste dans notre pays; je voudrais donc le féliciter en votre nom ».

Le président de l’UFDG a transmis un message de la famille et des proches de Ibrahima Sory Camara qui remercient l’ensemble des bonnes volontés qui ont apporter leur soutien moral et financier à celui-ci.

Par ailleurs le chef de file de l’opposition, a mentionné les nouvelles arrestations qui ont eu lieu ainsi que les éventuelles exactions qui pourraient survenir , « avant de quitter la prison d’autres militants l’ont trouvé là bas, chacun de nous doit s’attendre à être arrêté, blesser ou tuer par Alpha Condé, parce que nous sommes debouts et nous sommes déterminés à nous opposer à la dictature qu’il est entrain d’instaurer dans notre pays ».

Il estime qu’il faut s’attendre à tout dans ce combat noble, prenant un exemple sur la tentative d’assassinat contre sa personne qui ne l’a pas fait fléchir dans son combat. Il continue en disant que ni les assassinats ciblés des militants ni le vandalisme des maisons de ses proches et des militants n’entameront la détermination des uns et des autres dans ce combat.

Le président Cellou Dalein Diallo, constatant les interprétations erronées sur la crise politique actuelle, a relaté les origines véritables de cette crise, « on a tendance à oublier d’où est venu le conflit avec le pouvoir, parce qu’Alpha Condé veut ethniciser cette contradiction et veut même le djihadiser, au regard de ce qu’on voit sur les réseaux sociaux on donne l’impression que l’UFDG fait du djihad ou est contre une communauté», il enchaîne en ces termes: « j’ai eu à rappeler ici qu’on a un conflit politique avec le pouvoir, ils ont volé nos suffrages que nous avons gagné dans les urnes, nous avons exigé qu’ils soient restitués, ils ont rendu 10 à 15 % de ce qui a été volé, nous avons accepté pour sortir de la crise ».

Il a rappelé les conditions dans lesquelles l’accord a été obtenu puis violé par le régime, « ils ont envoyé une délégation représentative du pouvoir avec le ministre de l’administration du territoire, le conseiller personnel du chef de l’État et le président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel, on signe un accord et quelques semaines après ils décident de ne pas l’appliquer sous prétexte qu’il n’est pas en conformité avec leurs intérêts ».

Le principal opposant à Alpha Condé, résume le principe de la préservation de la paix en ces termes: « j’ai toujours dit que la paix se construit non pas par l’exhortation et le rappel de ses avantages et de ses vertus, mais elle se construit dans le respect de sa parole, de la loi et du droit des autres ». Il déplore l’attitude du président Condé qui a décidé d’imposer sa volonté personnelle au détriment de la vérité, de la loi et des bonnes pratiques, il promet de se dresser contre cette attitude malsaine.
Parlant de la méthode frauduleuse adoptée par le pouvoir dans l’installation des exécutifs communaux, il dit ceci: « ils décident de n’installer une commune que lorsqu’ils se sont assuré d’avoir obtenu par la corruption et l’intimidation le chorum ».

D’autre part, il estime que les observations qui ont tendance à dire que l’opposition préfère les accords est absolument erronée, « très souvent on vous dit que l’opposition préfère les accords à la loi, c’est absolument faux, c’est parce que la loi n’a pas été respectée que les acteurs politiques se retrouvent pour réparer cette violation ». En outre, il constate que Alpha Condé, incapable de battre l’UFDG dans les urnes veut s’imposer par la force.

Il a terminé son discours en remerciant les militants pour leur mobilisation lors des derniers mots d’ordre de l’opposition républicaine, il a encore exhorté les militants à faire de même pour la marche pacifique du jeudi 29 novembre 2018 qui partira de l’esplanade du stade 28 septembre au palais du peuple.

Maka N’denda

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée