Calamité : 05 boutiques et tous leurs contenus partis en fumée à Conakry

0

Un incendie d’origine inconnue a ravagé cinq (5) boutiques contenant des objets d’art au quartier Camayenne, dans la commune de Dixinn. Le drame s’est produit très tôt dans la matinée de ce jeudi, 16 avril 2020. Les victimes, déjà affectées par les effets du Covid-19 suite à l’absence des touristes, lancent un appel au Premier ministre et au Ministre du Tourisme, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’incendie s’est déclaré aux environs de 5 heures, calcinant cinq boutiques d’objets d’art, situées en face de l’hôtel Palm Camayenne. Selon les victimes, désemparées par ce qui est leur est arrivé, tout a été réduit en cendre par les flammes.
Amara Condé, sculpteur et victime, parle d’un acte criminel. « J’étais dans mon lit quand j’ai eu un coup de fil de la part de mon ami Abou, juste après la prière à 6 h. Il m’a dit de me rendre à la Camayenne, que nos pièces sont parties en fumée. C’est ainsi que je me suis dirigé par là et j’ai vu à l’œil nu que rien n’est récupérable. Nous sommes vraiment attristés par un acte criminel. C’est un acte criminel qui vient de ravager 5 magasins contenant des articles antiques et décoratifs ».

Parlant des pertes subies dans cet incendie, Amara Condé dit ne pas pouvoir les évaluer avec précision. « Ce sont des articles qui ont une valeur qu’on ne peut pas estimé. A l’instant, je ne peux pas faire une estimation des pertes. Parce que c’est une collection qu’on a eue à commencer il y a plus de 30 ans. Donc, vouloir évaluer ça aujourd’hui à chaud avec la température que j’ai au niveau de mon cœur, je ne peux pas estimer. Seulement, il y avait des masques dedans dont je ne peux pas estimer le nombre, il y a les masques Nimba que je ne peux pas dénombrer, des tabourets, des fûts de djembé (tam-tam), des djembé finis… ».
Même son de cloche chez le cordonnier, Lancinè Doumbouya, qui ne peut également évaluer les pertes pour un incendie qui ne serait pas causé par un court-circuit, soutient-il. « Moi, je travaille ici mais je loge à Dixinn… A mon arrivée, j’ai trouvé que le feu se propageait et les gens tentaient en vain de le maîtriser. Finalement, tout est calciné. On ne peut pas dire exactement les pertes subies. Ce qui est sûr on a tout perdu, nos machines, nos matériaux… Je ne peux pas dire que c’est un court circuit. Ça, je ne peux pas l’affirmer. Parce que lorsqu’on rentre le soir on coupe le disjoncteur », a-t-il laissé entendre.
Les victimes ont fait savoir que bien avant la survenue de cet incident malheureux, le Covid-19 avait déjà impacté négativement sur leurs activités. « Nous demandons à l’Etat Guinéen et aux personnes de bonne volonté de venir à notre secours. A cette période de pandémie, le tourisme est à plat. D’ailleurs, on ne recevait pratiquement pas de visite des clients. On leur demande de venir au secours des exposants de la Camayenne. De nous aider à nous relevé. On sait qu’aujourd’hui c’est dur au niveau de tout le monde. Nous tendons la main au Premier ministre, chef du gouvernement, à toute son équipe, et au Ministre du Tourisme de venir aider leurs frères et sœurs exposants devant l’hôtel Palm Camayenne », a lancé l’artiste Mamadou Lamine Dieng, une autre victime de l’incendie.

Sours: Guineematin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée