Bernard Gomou met fin le monopole en Guinée: « Nous condamnons la démarche » dixit M’banny Sidibé

0
Le gouvernement guinéen à travers le ministre de l’économie des petites et moyennes entreprises a décidé mettre un terme sur le monopole sur le marché guinéen. Dr Bernard Gomou annonce que le monopole  » gangrène le marché ». C’est pourquoi il a décidé de mettre fin à cette contrepartie. Une décision que le président de l’Union pour la Défense des Consommateurs ne partage pas. Dans une interview accordée à la rédaction Googa224.com ce mercredi 29 décembre 2021, M’banny Sidibé est revenu sur le monopole signé par le feu Général Lansana conté en 1994. Lisez.
Googa224.com: Le gouvernement fait une situation régulation du secteur commercial notamment sur le monopole. Quelle lecture faites-vous de cette décision ?
M’banny Sidibé: Nous condamnons la démarche. Nous estimons que le ministre du commerce doit se référer aux dispositions de la loi et de tout son programme du feu Général Lansana conté qui a prôné le libéralisme économique dans notre pays. Vous savez depuis 1985 nous sommes dans une économie concurrentielle. Donc, si on nous parle de la situation de monopole ça veut dire que le ministre du commerce à une mauvaise lecture de différents marchés. Nous nous pensons que le ministre devait se battre pour aller vers la réglementation de la concurrence et de la liberté des prix. C’est pourquoi en Guinée en 1994 l’État guinéen se doter d’une loi extrêmement importante qui porte sur la réglementation générale de la concurrence et de la liberté.
Googa224.com: Que dit cette loi pour vos? 
M’banny Sidibé: La loi est très claire. La loi réprime d’abord les pratiques anticoncurrentielles. Un exemple: c’est les abus de la position dominante, les ententes, les coalitions c’est-à-dire qu’il n’y ait pas normal dans un pays que tous les prix augmentent au même moment. La même loi est partie très loin parce que, qui parle de confiance parle de la qualité. La loi intimée à tous les industriels, à tous les prestataires, à tous les artisans de faire la publicité de leur prix unitaire etc… Et la non publicité de ses prix là est réprimée par la loi. L’avantage c’est quoi ? Ça permet à l’État de régler un problème d’équité social et justice sociale. Cela veut dire que tous les consommateurs de la Guinée vont bénéficier de prix de façon juste. Parce qu’il faut reconnaître dans une économie concurrentielle, il y a un aspect très important que les gens tiennent comptes. C’est ce qu’on a appelé le principe d’équité. Ça veut dire que les prix discriminatoires doivent être interdit. Et si les prix discriminatoire sont interdits ça veut dire que l’État applique la régulation, c’est-à-dire la réglementation. C’est pourquoi, nous nous estimons que le ministre du commerce a tous les moyens nécessaires conformément aux dispositions de la loi pour régler le problème de prix dans notre pays.
Googa224.comEn quoi faisant ?
M’banny Sidibé: Il y a une simple loi qu’on applique. C’est ce qui est appliqué dans tous les pays du monde. La loi portant règlementation générale de la concurrence et de la liberté. Vous laissez dans une concurrence, mais vous surveillez d’abord les pratiques anticoncurrentielles et vous exigez le principe de liberté de prix. Et la même loi est partie plus loin et donne les grands pouvoirs au ministère du commerce de mettre en place des inspecteurs du prix, et qui prêtent même serment. Tous ça, a été adopté en Guinée. Nous sommes membres de l’Union internationale de consommateurs. C’est les mêmes lois qui sont appliquées dans tous les pays du monde. Vous vous dites que vous allez combattre les situations de monopole, si vous ne surveillez pas la concurrence, la concurrence même peut se transformer en concurrence monopolistique. Parce que ça dépend de types des marchés. Il y a un marché de concurrent monopolistique, ou augolistique. Ça dépend de types des marchés. C’est pour cela d’abord il fallait faire une étude approfondie de types des marchés. Cela va aboutir ce qui a appelé à la création d’une concurrence loyale. Et le pros problème de la Guinée n’est autre que la non réglementation de prix. Quand on applique la loi là, c’est très facile. Normalement quand vous éclatez le prix, il y a quatre éléments dans le prix. Il y a le prix de base, il y a le mal du commerce, il y a mal de dispiscion dans les impôts et taxes. Normalement le détail ne doit pas supporter les mal de dispiscion, cela veut dire les frais de transport. Je pense que c’est le travail technique, scientifique que le ministre devait faire. Mais malheureusement il est en train d’agir en fonction de son émotion sans tenir compte de la réalité.
Googa224.comPensez-vous que ces démarches dénote un amateurisme pure et simple ?
M’banny Sidibé: Au faite, ce n’est pas de l’amateurisme. Parce que le ministère du commerce a un problème de compétences. Je comptais beaucoup sur la transition tout simplement. Il fallait commencer à réformer le ministère du commerce. La création d’une autorité de régulation de la concurrence, de la fraude et de la consommation. Comment se fait de la régulation de la concurrence ? Regardez même les habits de la position dominante. Il faut savoir que dans tous les secteurs, que ce soit dans le secteur de la téléphonie, de la banque, tous les marchés il y a un problème de concurrence. Et le ministère du commerce est le breton qui sème. Le ministère du commerce doit veuillez sur les pratiques anticoncurrentielles. C’est le ministère du commerce qui doit faire que dans tous les secteurs mêmes dans le cas de logements. Si vous ne surveillez pas la concurrence vous tombez dans une situation de monopole, même si c’est interdit. Si vous n’avez pas des outils d’appréciation des sanctions contre les mauvais comportement qui fausses la concurrence, je pense que votre décision est nulle. D’ailleurs, c’est un communiqué. Vous savez qu’un communiqué n’est pas une force des lois. Il fallait utiliser des actes et administration unilatéraux. Nous nous proposons aux gouvernements d’aller vers l’application des lois. La loi est tellement même parti loin, même les bières de l’alcool de consommation que le gouvernement subventionne on met en place une commission nationale qui plafonne les prix. C’est-à-dire le gouvernement accorde des exonérations ou des avantages dans le cadre de l’importation de riz ou des produits de première nécessité on plafonne le prix. Même dans le secteur de la santé, je vous dis on fait référence au ministère du commerce. Mais très malheureusement le ministère du commerce ne fonctionne pas.
Googa224.com : Que préconisez-vous en terme de stratégie, de réforme structurelle et organisationnelle du point de vue gestion du secteur du commerce ?
M’banny Sidibé : Notre première proposition d’abord, c’est force sur l’application de la loi. Parce que la Guinée s’est dotée des lois très intéressantes. Une des lois c’est la loi portant règlementation générale de la concurrence et de la liberté des prix. Une deuxième loi c’est le code des impôts, le code des investissements. Parce que n’importe qui, qui veut venir en Guinée, il y a des obligations. Et d’apporter des réformes institutionnelles. Les forces des autres pays, ils mettent en place une autorité de régulation de la fraude et de la consommation. Au niveau du ministre du commerce, il va veuillez les pratiques anticoncurrentielles. On a des directions qui ne fonctionnent pas. Parce que l’autorité n’a pas botter sur la mise en place des inspecteurs de prix.
L’aigleInfos : Pour terminer, quel va être la répercussion pour nous dire son impact sur les consommateurs guinéens que nous sommes tous ?
M’banny Sidibé : Voilà ça ne va pas apporter un grand changement. Parce que si ce n’est pas bien réfléchi il y aura de la rétractation. Il faut voir aujourd’hui depuis ce communiqué, allez-y dans les marchés, ça n’a fait aucun impact. La démarche est biaisée. Un ministre du commerce doit référencer les lois de façon claire. Quelle est la loi qui doit régler le problème de fixations des prix dans notre pays ? On a la mal chance de connaître deux transitions c’est-à-dire le socialisme et le libéralisme. Donc les gens pensent que la fixation ou la formation des prix dans une économie concurrentielle c’est faire de la même façon. Non! les prix ne décrètent pas. Le prix ce n’est pas par un arrêté. Le prix c’est par des règles économique. C’est pour cela on parle de l’offre et de la demande. Mais cela passe par l’encadrement et la régulation de la concurrence. C’est dans ça que tous les consommateurs gagnent.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée