Baadiko prévient le CNT: « La tromperie ne passera pas» (interview)

0

 Le choix des 81 membres du conseil National de la Transition et leur installation n’ont pas été du goût du président de l’Union des Forces Démocratiques (UFD). Mamadi Baadiko ne trouve pas important du déplacement de ces conseillés vers le l’intérieur du pays. Dans cette interviewe qu’il nous accordée, l’ex député de la neuvième législature estime que ces parlementaires ne sont indépendants comme ceux de 2010 pusique leur choix fait défaut. 

googa224.com: Les activités des conseillés de la transition ont déjà démarrées. De quel œil regardez-vous le CNT aujourd’hui ?

Mamadou Baadiko Bah: Nous devons nous dire que nous sommes restés sur notre faim de ce discours du président Dr Dansa Kourouma. Pusique nous attendions réellement et les gens s’en plaignent, ils estiment être spécialiste du droit constitutionnel qui n’ont pas droit à l’appel pour les travaux qui relèvent des membres juridiques. Ça commence déjà, mais le grand constat, ce que nous suivons la voie du Mali. Et les mêmes causes produiront les mêmes effets. C’est-à-dire nous sommes prêts à défier toute la communauté africaine et internationale en restant sans agenda plus de six mois aujourd’hui. Personne ne sait quand test cela va se terminer la transition.

Googa224.com: L’autre sujet qui est sur toute les lèvres, c’est le voyage bientôt des conseillers à l’intérieur du pays. Pour plusieurs leaders politiques, c’est un non événement. Est-ce que c’est votre point de vue ? 

Mamadou Baadiko Bah : Pourquoi nous plonger sur ce voyage ? Je ne sais pas qu’est-ce qu’ils vont chercher à l’intérieur du pays, ou vont ils aller, qui vont ils rencontrer, quel est le format de ces rencontres, que vont-ils faire, que vont-ils faire des messages qu’ils vont recevoir et combien de temps vont-ils faire ? Et on revient sur la transition non déterminée. Il y a rien qui urge, qui presse, s’il n’y a pas une élection libre et honnête et transparente, le peuple, personne ne veut parler au nom du peuple.

Googa224.com: Donc n’êtes-vous pas rassurés malgré la mise en place de ce CNT tant réclamer par vous les classes politiques ?

Mamadou Baadiko Bah : De quoi va accoucher ce CNT? Et on le fera avec l’objectivité évolue. On ne va pas faire un projet d’intention. On va juger sur pièce. Mais déjà comment on dit,  »la bonne soupe se reconnaît en odeur qu’elle dégage à la préparation ». Et là, croyez moi, il y a des sujets d’inquiétude.

Googa224.com : Pourquoi êtes-vous inquiets et qu’elles preuves avez-vous sur le terrain ? 

Mamadou Baadiko Bah : En ce moment même, ils ne sont pas indépendants de ceux qui leurs ont nommés. Ils n’auront pas l’initiative des lois. Ils vont se mettre à débattre, combien de ces 81 membres ont lu entièrement une constitution avant d’être nommé ? Ou les différentes constitutions de la Guinée. Je veux bien le savoir. On ne sait pas ce qui va se passer. Laissons-les faire. Nous ne faisons pas les procès d’intention et on verra bien. Mais, il faut qu’ils sachent qu’il n’y aura pas moins de se dissimuler derrière leur petit doigt.

Googa224.com : Voulez-vous dire qu’ils ne sont pas indépendants et vont-ils recevoir des ordres ? 

Mamadou Baadiko Bah : Mais ils n’ont pas l’initiative des textes comme le CNT de 2010. Le CNT de 2010, avait été nommé par les forces vives de la nation, nous. Moi m, je vous dis, j’étais délégué politiques des forces vives. Parfois c’est moi qui appellait les gens pour leur dire  » d’envoyer vos CV » puisque j’avais quelques renseignements. Et c’est comme ça qu’on leur a recruté. On posait des questions avec le CV. On s’interrogeait et puis ont comparait et on a choisi. Cela, c’est le CNRD qui leur a installé la. Et ils sont redevables au CNRD. Et en plus, ils n’ont pas l’initiative des lois. On ne sait pas qu’est-ce qu’ils vont faire. Ils n’ont pas des spécialistes qu’il faut, les gens qui connaissent la matière pour ça. Donc on attend. Mais on a absolument rien à recommandé. Il faut qu’ils sachent que chacun va devoir faire son devoir vis à vis du pays. Mais que la tromperie ne passera pas. On ne peut pas tromper le peuple indéfiniment, c’est impossible. Il faudra un jour là vérité éclate et on sens que la vérité n’est pas loin du dialogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée