Assises nationales: « les ministres qui sont là, ne sont mêmes pas connus dans leurs sous-préfectures», regrette le leader du RRD

0
A quatre jours de l’ouverture des assises nationales annoncées par le président de la transition, les avis divergent. Dans un entretien accordé à notre rédaction ce vendredi 18 mars, Abdoulaye Kourouma n’a pas hésité de tacler les ministres de Mohamed beavogui. 
 
Si le colonel Mamadi Doumbouya a invité les membres du gouvernement à se mobiliser pour la réussite de ces concertations, le président du Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD), lui, estime que pour être proche de son peuple, il est important que les ministres soient connus dans leurs sous-préfectures d’origine. C’est pourquoi l’ancien député de la neuvième législature regrette que plusieurs membres du gouvernement ne connaissent les villes d’origines de leurs parents. « il y a des ministres du (gouvernement Beavogui NRDL)  s’il arrive dans leurs sous-préfectures, il faut qu’on les indique la maison de leurs parents. Un gouvernement de transition n’est pas un gouvernement de technocrates. C’est un gouvernement sociopolitique. Vous connaissez qui dans le gouvernement actuel qui a une assise sociale qui peut aller même dans sa sous-préfecture pour faire ce que demande le président de la transition. On se connait en Guinée », a-t-il laissé entendre.
Et de poursuivit en ces termes : « Moi j’ai été le coordinateur au niveau de la cellule d’action à la primature sous feu Jean Marie Doré (2010 NRDL). Elle avait pour mission de prévenir, d’anticiper pour ne pas subir. Que ce soit sur les questions sociales, économiques, politiques, stratégiques et sécuritaires. J’ai coordonné ça pendant la transition de 2010. Je sais ce que sait qu’une transition. Il y a quel ministre qui a une assise, une personnalité sociale qui peut aller dans sa communauté ? Si vous parlez des assises, si vous motivez des ministres à aller, il faut qu’ils aient une personnalité pour être en face des sages, des jeunes, des femmes. Mais les ministres qui sont là, ne sont mêmes pas connus dans leurs sous-préfectures ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée