Après les vœux de Macron à Alpha: Cellou Dalein annonce « Je dois rappeler qu’il (Macron ndlr) ne l’a pas félicité » 

0

La semaine dernière, le président français Emmanuel Macron a souhaiter les vœux de  » succès  » à son homologue Guinée qui brigue un troisième mandat. Dans une interview accordée à France24 hier, le président de l’UFDG n’a pas échappé à cette question.

«Je dois rappeler qu’il (Macron ndlr) ne l’a pas félicité. Le message qu’il a adressé à Alpha Condé, c’est pour lui souhaiter naturellement plein succès mais il s’est abstenu de le féliciter alors que dans le message adressé à Alhassane Ouatara, il a bien dit ‘‘Je tenais à vous féliciter et à vous adresser mes vœux de succès mais pour Alpha Condé, il n’y a que les vœux de succès, il n’y pas de félicitations’’. Tous les partenaires savent que l’objectif de monsieur Alpha Condé, c’était bien de se maintenir au pouvoir. Ce que le président Emmanuel Macron a eu le courage de dire tout haut, c’est ce que tous les partenaires de la Guinée, les diplomates, pensent tout bas. Je pense qu’il a fait preuve d’honnêteté intellectuelle et de courage politique et c’est pourquoi je l’ai félicité » déclare l’ancien premier ministre .

A la question de savoir que peut s’attendre le candidat de l’ANAD à la France, Cellou Dalein Diallo répond. «J’attends de la France qu’elle défende les valeurs de démocratie, de droit, de protection des droits humains. Je pense que l’accord de Cotonou est un progrès non négligeable où l’Union européenne a pu contractualiser avec les pays ACP bénéficiaires de son aide, le respect d’un certain nombre de valeurs comme la démocratie, l’Etat de droit et la protection des droits humains…On a prévu des dispositions qui permettent d’interpeller les pays ACP qui violeraient ces valeurs à travers l’ouverture d’un dialogue et, si le pays persistait à violer ces valeurs, on pouvait même envisager la suspension de la coopération financière entre le pays défaillant et l’Union européenne. Je pense que la démocratie et les droits humains doivent être défendus par ceux qui ont en partage ces valeurs-là. Je pense que l’Afrique et l’Europe partagent ces valeurs. C’est tout à fait normal que lorsqu’elles sont violées, qu’on entende la voix de la France et qu’on entende l’Union européenne », a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée