Affaire Gneloy: Kadiatou Biro Diallo saisit le parlement de la CEDEAO

0

Kadiatou Biro Kante ne veut pas abdiquer contre Ousmane Gnelloy Diallo. Elle ne veut non plus se limiter sur la décision rendue par le tribunal de première instance de Dixinn contre celui qui se fait appeler  » ministre de la défense Nationale d’Alpha Condé sur Facebook » en le condamnant à cinq ans d’emprisonnement ferme.

 

 

La fille de l’ancien président de l’Assemblée nationale a décidé de saisir le parlement de la CEDEAO pour laver selon elle « l’honneur » de son père El hadj Boubacar Biro Diallo. Kadiatou Biro Kanté souhaite que cette décision de la justice soit appliquée sur Gnelloy. « Comme la décision de justice n’a pas été exécutée (sur l’arrestation de Gnelloy) … comme mon père a été un parlementaire de haut niveau, je suis venue comme il y a la session parlementaire de la CEDEAO et que la clôture devait se tenir samedi mais ils ont tenu la clôture avant. Mais j’ai la chance d’être reçue par le président du parlement et un de ses vice-présidents et d’autres personnes. J’ai demandé à ce qu’il y ait une solidarité parlementaire. J’ai sollicité humblement l’intervention de cette autorité qui est le parlement de la CEDEAO, qu’il ait aujourd’hui une solidarité parlementaire. Parce qu’aujourd’hui, c’est mon père mais la seule chose que mon père a, c’est parce qu’il est âgé. Il y a d’autres parlementaires qui peuvent aller à la retraite à jeune âge, imaginez si ses personnes subissent les mêmes harcèlements que mon père a subis aujourd’hui, quel sera leurs réactions » a-t-elle soulignée.

 

Cette question pourquoi n’a-t-elle pas saisie en premier lieu le parlement guinéen avant d’attaquer celui de la CEDEO, Kadiatou Biro kanté répond ceci: « Vous connaissez la réalité qui se passe en Guinée, je ne veux sacrifier personne en Guinée compte tenu de ce que j’ai vu avec mon père. Vous n’êtes pas sans savoir ce que mon père a eu à faire lorsqu’il était au parlement et si aujourd’hui un enfant qui est sorti de nulle part lui manque de respect et que l’Etat guinéen reste indifférent, comment voulez-vous que moi qui ai eu la chance de vivre ça que je permette à un père ou à une mère de subir le même sort que mon père ? Je suis désolé » a-t-elle conclu.

Pour conclure, elle rassure tout de même garder l’espoir quant à une issue favorable au parlement de la CEDEAO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée