9è législature dissoute: les ex-députés disent attendre la mise en place du CNT pour être payé

0

Dix (10) ex-députés de la 9e législature à la tête Dr Ibrahima Sory Diallo, Boubacar Siddighy Diallo et Mohamed Lamine Kaba continuent de réclamer le payement chacun d’un mois de prime de session qui s’élève à 15 millions Gnf et un mois de salaire impayé de 15 millions de Gnf, aux nouvelles autorités du pays.

 

Interrogé ce jeudi 02 décembre 2021 par notre rédaction, le président de l’UMP rassure que la procédure suit son cours normal. Avant de poursuivre qu’après la mise en place du Conseil National de la Transition, le gouvernement procédera au payement de leur prime de session extraordinaire et le salaire du mois d’août : « Ils vont devoir régler ça. On attend que le CNT soit mis en place. Le salaire est un droit réel. Le gouvernement ne peut pas refuser de payer le salaire de quelqu’un qui a travaillé. Tu peux mettre fin au contrat de travail, mais pour le temps qu’il a travaillé, c’est une obligation de lui payer. Donc c’est aussi simple que ça (…) les nouvelles autorités ont promis que la justice sera la boussole. Donc chacun serait dans ses droits. Ça n’inquiète pas que cela soit payé ou pas. On sait qu’ils ont la bonne foi de nous rendre notre argent » déclare-t-il.

 

A la question de savoir si le gouvernement n’exécute pas cette décision, est-ce que ces anciens élus du peuple vont-ils faire recours à la justice? l’ex député Boubacar Siddighy Diallo estime qu’ils n’en arriveront pas à ce niveau: « Ils vont nous satisfaire. Il n’y a pas de raison qu’on ne soit pas satisfaite. Ils ont même libéré des prisonniers, relâchés des condamnés, ils ont accepté que les anciens présidents reviennent malgré toute leur responsabilité pénale due à certains crimes qui ont été commis lorsqu’ils exerçaient les fonctions. Vu tout ça, et ils ne peuvent pas refuser de nous payer les salaires et indemnités de 114 députés. C’est impensable. Donc on n’y pense même pas. Ils n’ont aucune décision sauf, ils ont dit qu’ils vont appliquer la loi exactement. Alors si quelqu’un pense avoir des droits et qu’il leur montre de droits réels, je crois qu’on peut leur donner de crédit de bonne foi et qu’ils vont dire le bon droit. Ils ne feront pas pour nous, mais pour eux-mêmes. Parce que c’est ce qu’ils ont promis au peuple de Guinée respecter la loi et les droits de Guinéens. Donc on ne met pas peut en doute leur crédibilité, et leur bonne foi à rendre chacun guinéen ses droits. Il ne faut même pas penser à un recours, dès alors qu’on a la garantie que le bon droit sera dit » souligne le président de l’Union pour un mouvement populaire (UMP).

 

Pour rappel, ces députés de la 9e législature de l’Assemblée nationale Guinéenne, avaient écrit au Président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya le 09 septembre dernier, pour qu’ils soient payés, les salaires du mois d’août et les primes de la dernière session extraordinaire au cours de laquelle la fameuse loi des finances rectificatives très controversée a été adoptée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée