2 morts à Wanindara: Les gendarmes retournent dans la famille mortuaire et tire sur un autre

0
Suite à l’appel du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), des manifestions violentes ont été enregistrés dans plusieurs quartiers de la banlieu de Conakry.
Au quartier Wanindara, deux jeunes ont été tués ce lundi,14 octobre 2019. Ce sont Mamadou Karfa Diallo, âgée de 19 ans et Thierno Sadou Bah, âgée de 21 ans, élève en 10e année.
Mamadou Bobo Bah, oncle de l’une des victimes exlique les circonstances dans lesquelles ces deux jeunes ont trouvé la mort.
<<Thierno Sadou Bah était derrière la cour avec son ami Mamadou Karfa, quand les gendarmes sont venus, ils ont tiré sur Mamadou Karfa, Thierno Sadou Bah voulant sauver son ami, lui aussi on lui tiré par derrière. On nous a appelé en nous disant qu’ils ont tiré sur Thierno Sadou. Quand on est arrivé, on trouvé effectivement que Thierno Sadou est décédé avec Mamadou Karfa. On a pris les deux corps qu’on a transporté au centre de santé de Wanindara. Après quelques instants, la croix rouge a été informé, elle est venue prendre les deux corps pour les envoyer>>, explique-t-il.
Après l’assassinat ce lundi, 14 octobre 2019 de Mamadou Karfa Diallo et de Thierno Sadou Bah, les gendarmes se sont rendu ce mardi, 15 octobre dans la famille de Thierno Sadou Bah pendant que les condéleances d’usages se présentaient.
À en croire ce témoin, les gendarmes ont lancé du gaz lacrymogène dans la maison mortuaire  et tiré sur un membre de la famille.
<<Comme il n’y a pas la circulation, la famille qui est à Kissosso et à Enco5 était venue pour adresser leurs condoléances. Au même moment, les gendarmes sont venus ici avec deux (02) pick-up avec beacoup de violences. Ils sont rentré dans la cour, jeter du gaz lacrymogène dans la cour et même dans le salon, dispercer tout le monde, casser des chaises. Nous nous sommes sorti pour leur dire que nous avons des enfants tués hier, aujourd’hui encore vous venez nous attaquer, c’est dans ça qu’ils ont tiré sur mon frère au pied. Il se trouve actuellent à l’hôpital. Selon le médecin qu’on a appelé, il nois a rassuré que sa vie n’est pas en danger>>, ajoute-t-il avec d’émotions Mamadou Bobo Bah.
La famille de Thierno Sadou Bah entend porter plainte pour dit-elle obtenir justice suite à l’assassinat de leur enfant.
La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Action non autorisée